• La Veggie Pride aujourd’hui !

    Soumis par Jeremy Jeantet le Vendredi 21 septembre 2018 à 09:49
    Inscription
    Editorialiste
    Connexion Société

    La Veggie Pride démarre aujourd'hui. La grande fête des Vegans, sujet qui fait beaucoup parler de lui en ce moment.

    Cette fiesta vegan sera pour eux l’occasion de rappeler qu’il y a différentes façons de ne pas manger d’animaux.

    C’est vraiment une fête avec un village pour échanger, découvrir des produits végé et goûter cette nouvelle façon de cuisiner. Mais au-delà des menus de cuisine, le veganisme prône le respect des animaux et se heurte à l’industrie de la viande qui est devenue une industrie monstrueuse avec toutes sortes de scandales qu’on connait, broyage de milliers de poussins vivants qu’on jette comme des déchets dans une broyeuse, castration à vif des bébés porcelets, vie épouvantable dans les stabulations sans jamais voir le soleil ou l’herbe, abattage sadique dénoncé par les vidéos de L214 que lui fournissent des employés écœurés par le travail qu’on les oblige à faire au nom de la rentabilité, bref c’est devenu un sujet important de société car de plus en plus de citoyens ne supportent plus cette situation qu’ils découvrent.

    Mais c’est aussi un nouveau sujet politique puisqu’un peu partout en Europe se créent des mouvements politiques sur ce thème. C’est l’occasion de signaler une nouveauté : des sanctuaires pour sauver des animaux d’élevage

    En effet, car en général les sanctuaires concernent des animaux sauvages

    En effet, mais les choses changent. Paris Match rappelait récemment qu’il y a une dizaine de refuges pour les rescapés des abattoirs. Parmi les plus anciens, la Ferme du Hameau de la Reine, dans le parc du Château de Versailles, créée par la Fondation assistance aux animaux.

    Il y a aussi GroinGroin pour les cochons, près du Mans. Et en Ardèche, un couple d’enseignants a créé le Mistral, 2 hectares pour abriter des brebis, volailles, cochons ou lapins.

    Du 22 octobre au 1er novembre des bricoleurs vont venir de toute la France et de Belgique pour les aider à tout mettre en place, clôture, maison...

    Il y a aussi un nouveau projet : l’association L-PEA qui se mobilise contre les grandes concentrations comme la ferme-usine des 1000 veaux dans la Creuse, va ouvrir Little Phœnix Sanctuary dans le Limousin. Les animaux qui auront la chance d’y aller seront chouchoutés pour y découvrir une nouvelle vie et surtout ce sera un lieu d’études.

    Sur le même modèle que pour les animaux sauvages que l’on observe et sur lesquels on apprend des choses incroyables depuis quelques dizaines d’années, on va aussi observer ces vaches, ces cochons, ces poulets qui sont malins, attachants, tendres, avec des relations complexes entre eux... Pour ceux que cela intéresse, il y a une opération de financement participatif pour ce Little Phoenix Sanctuary sur le site gofundme.com.

    Ce genre de projet ne s’adresse pas qu’aux vegans, cela concerne tous les gens qui aiment les animaux...

    Le but est de nous sensibiliser au sort de ces animaux martyrisés par un capitalisme sauvage. Un thème qui touche beaucoup de gens qu’ils mangent de la viande ou non.

    Je terminerai en vous parlant d’un joli livre : Rony le petit cochon qui rêvait d’être libre, un petit cochon qui parvient à s’échapper avant l’abattoir et qui va rencontrer plein d’animaux qui tentent d’échapper à la prédation des hommes, c’est aux éditions « Vivre tout simplement », des éditions bretonnes dans la région de l’élevage et de l’abattage, tout un symbole.

     

    FacebookTwitter
  • Des maisons… mobiles !

    Soumis par Jeremy Jeantet le Jeudi 20 septembre 2018 à 10:15
    Inscription
    Editorialiste
    Connexion Société

    On voit de plus en plus de constructeurs proposer des maisons mobiles, qui peuvent déménager. Est-ce bien sérieux ?

    C’est en effet une des nouvelles tendances. 

    Les raisons sont multiples. Parce que les gens veulent souvent une maison mais l’époque ayant changé, ne savent pas s’ils vivront au même endroit dans 10 ans, du coup vu l’investissement, c’est intéressant de pouvoir emporter sa maison. Mais la véritable raison est plus dramatique. Entre les migrants, les chocs sismiques et les conflits, on a de plus en plus besoin de maisons faciles et rapides à bâtir.

    Il y a aussi un problème de terrain, on n’en trouve plus dans certaines régions. Et le marché de l’immobilier est devenu si cher que de nombreux architectes ou ingénieurs cherchent des alternatives comme le MADi, une maison pliable créé par l’italien Renato Vidal.

    On le voit sur le site, c’est impressionnant, elle est livrée par un camion qui la déplie et la pose. Pas besoin d’une base en béton, une surface plane. Il faut 3 personnes et 6 heures pour la construire et elle coûte 33 000 dollars en moyenne. Pour avoir une idée, la maison de 84m2 coûte 62 000 dollars avec tout le nécessaire, salle de bain, cuisine, escalier menant à l’étage des chambres etc C’est une voie très intéressante car mobile, pas chère et écolo.

    Oui l’entreprise Univers et Conseils en propose une autre, tout en bois, qui n’abîme pas l’environnement. Elle est utilisée pour des hébergements sociaux et temporaires notamment avec l’association Habitat et Humanisme.

    On a vu des prototypes à la Villette à Paris, à Jouy-en-Josas, il va y en avoir à Malakoff. Elle est plus cher, 70-80 000 euros pour un 35m2 mais c’est un nouveau concept car votre maison va évoluer avec vous toute votre vie, vous enlevez ou rajoutez des cloisons par exemple et comme elle est fabriquée avec des caissons qu’on assemble les uns aux autres, si un élément est abîmé, il suffit de réparer le caisson.

    Bref, pour les jeunes couples qui devront peut-être déménager pour un boulot ou pour les seniors qui, en vieillissant, doivent adapter leur intérieurs, c’est vraiment une autre maison, la maison qui évolue avec vous et qui s’adapte à votre vie !

     

    FacebookTwitter
  • La musique des étoiles

    Soumis par Jeremy Jeantet le Mercredi 19 septembre 2018 à 09:16
    Inscription
    Editorialiste
    Connexion Société

    On découvre que les étoiles font de la musique. Incroyable ! Mais est-ce bien sérieux ?

    C'est extraordinaire et merveilleux car, en effet, l’espace n’est pas silencieux, il y a beaucoup de sons. Le livre de l’astrophysicienne Sylvie Vauclair et du musicien Claude Samuel Lévine La nouvelle musique des sphères, paru chez Odile Jacob explique que les étoiles, ces grosses sphères gazeuses, tiennent en équilibre dans l’espace et agissent comme des caisses de résonance d’instruments de musique.

    Par exemple, le Soleil résonne en "sol dièse". Et chacune des étoiles qui lui ressemblent possède sa propre signature musicale.

    Hélas, nos oreilles humaines ne peuvent les entendre pour deux raisons : entre les étoiles et nous, il y a du vide et contrairement à la lumière, le son ne se propage pas dans le vide. Et, deuxième raison, le son des étoiles serait beaucoup trop grave pour l'oreille humaine.

    Mais si on ne les entend pas, on peut parler de sons et de musique parce que les astrophysiciens enregistrent les vibrations sonores de ces étoiles grâce des techniques hyper sophistiquées. Le but au départ est d’obtenir toutes sortes d’informations très précieuses sur la masse, le rayon, l'âge des étoiles, leur structure, leur évolution...

    Mais au passage, ils captent ce que l’on appelle maintenant la musique interstellaire. Et la sonde Cassini a enregistré en 2017 des sons produits par Saturne qui chante beaucoup. Du coup l’Agence Spatiale Américaine a convertit ces sons grâces à des ondes magnétiques qu’on utilise en radio, comme à Sud Radio, pour les traduire en musique. Et voilà ce que ça donne, on écoute le premier morceau de musique extraterrestre.

     

    FacebookTwitter
Les rubriques Sudradio