"Il y a, à l'hôpital, une crise de sens"

Michel Tsimaratos, invité d'André Bercoff
Société

Michel Tsimaratos, chef de service de pédiatrie à l'hôpital de la Timone à Marseille, et auteur du livre « Repenser l’hôpital, Rendez-vous manqués et raisons d’espérer » (éditions. Michalon), était...

  • #GiletsJaunes : Faut-il interdire les prochaines manifestations ?

    Soumis par Lorraine Rdd le Lundi 18 mars 2019 à 11:54
    Inscription
    Editorialiste
    Connexion Société

    #GiletsJaunes : Faut-il interdire les prochaines manifestations ? La question peut se poser après les nouvelles violences sur les Champs Elysées samedi. Que dit la loi ? Véronique Jacquier…

    C’est possible d’interdire une manifestation, surtout quand elle n’est pas déclarée comme ce fut le cas pour la mobilisation parisienne de samedi. Contrairement au droit de grève, le droit de manifester n’est pas inscrit dans la Constitution. Mais symboliquement il est garanti dans la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789. Les interdictions sont donc extrêmement rares. Le Conseil d’état tranche sur un critère : y a-t-il risque de troubles graves à l’ordre public ? Dans le cas des manifestations de gilets jaunes, la récurrence de la violence est un motif d’interdiction. Le fait que, samedi, le kiosquier des Champs Élysées aurait pu brûler avec ses journaux aussi. L’incendie de la banque qui a mis en danger les habitants de tout un immeuble également. La question de l’interdiction des manifestations de gilets jaunes s’est déjà posée après les graves incidents du 1er décembre quand l’Arc de Triomphe a été défiguré. Mais le gouvernement a préféré se lancer dans des interpellations préventives le 8 décembre au matin. Ce qu’il n’a pas fait pour l’acte 18 alors que la présence de casseurs était redoutée ! La stratégie du Ministère de l’intérieur est incompréhensible. Sauf si le gouvernement a sciemment fait le choix du pourrissement de la situation. Maintenant il faut vraiment interdire les manifestations.

     

    Ségolène Royal préconisait hier d’interdire les manifestations mais seulement sur les Champs Élysées. Ça ne suffirait pas ?

     

    Non parce que tout le quartier a été dévasté. Et des villes comme Bordeaux et Toulouse ont aussi fait les frais des casseurs et des gilets jaunes depuis le 17 novembre. Les commerçants en ont ras le bol. De plus en plus de salariés connaissent le chômage technique. Et la France devient la risée du monde entier. Emmanuel Macron a promis des actes forts. Il pourrait prendre les pleins pouvoirs comme l’autorise l’article 16 de la Constitution. Mais le président ne considère pas que les circonstances sont exceptionnelles sinon il ne serait pas parti au ski ! Reste donc comme signal fort l’interdiction des manifestations réclamées par Manuel Valls, Yannick Jadot chez les Verts, Eric Ciotti chez les Républicains. Si rien n’est fait, le signal est donné aux black blocks d’extrême gauche alliés à certains gilets jaunes qu’ils peuvent faire durer ce dans quoi nous sommes en train d’entrer : une guérilla urbaine.

    FacebookTwitter
  • Découvrez les musiques qui rendent heureux

    Soumis par Lorraine Rdd le Jeudi 14 mars 2019 à 10:59
    Inscription
    Editorialiste
    Connexion Société

    Certaines musiques nous rendraient heureux, on s’en doute, mais des scientifiques l’ont prouvé, c’est sérieux ?

    Don't Stop Me Now - Queen est la musique considérée comme la N°1 du hit-parade du bonheur. Voix à plein poumons de Freddy Mercury et rythme pour se remuer le popotin. Pour des milliers d’anglais interrogés c’est la best one ! Juste derrière, en numéro 2, Dancing Queen d’Abba qui nous a fait chanter et danser comme des fous !

    C’est clair que ces musiques donnent la pêche mais que viennent faire les scientifiques dans les boites de nuit ?Le neuroscientifique Jacob Jolij de l’Université du Missouri, s’est amusé à étudier et comparer ces "feel good songs", ces musiques qui nous rendent heureux, à partir de critères très objectifs : le tempo (minimum 150 battements par minute), l’utilisation d’une tonalité majeure, et le contenu positif des paroles. Ce qui exclut très vite des artistes qu’on adore comme Brel ou Barbara ! A la 3ème place du hit-parade, pas de surprise !

    Que dire de ce genre d’études ? Qu’il y a quand même des scientifiques qui se la jouent cool à faire des travaux sympathiques mais pas très utiles, mais ne soyons pas esprits chagrins, que ça nous a donné la banane ce matin, surtout en terminant sur la chanson au 9ème rang de ce hit-parade du bonheur, malgré les ennuis et les soucis, I’will survivre ! de Gloria Gaynor

    FacebookTwitter
Les rubriques Sudradio