Très attendue, la naissance des deux bébés pandas du zoo de Beauval ne s'est pas tout à fait déroulée comme prévue. Si la femelle Huan Huan a mis bas sans difficulté, l'un des deux nouveaux-nés n'a hélas pas survécu.

L'heureux événement était tellement attendu (trop peut-être ?) que la joie restait contenue ce matin au zoo de Beauval (Loir-et-Cher). L'équipe du parc zoologique a en effet connu des sentiments mêlant bonheur et tristesse la nuit dernière après le décès de l'un des deux pandas jumeaux qu'attendait Huan Huan, la femelle prêtée par la Chine.

Le premier né était "trop petit et trop faible" pour survivre

Trop faible, le premier né de la fratrie n'a effectivement pas survécu à sa venue au monde, mais son frère se porte en revanche comme un charme, à la grande satisfaction des soigneurs. Il s'agit d'un mâle viable ne pesant toutefois que 142,4 grammes, ce qui tranche avec le poids gargantuesque de sa mère oscillant entre les 90 et les 100 kg. Né à 22h18, le premier bébé a été immédiatement délaissé par la femelle, comme il est de coutume dans la nature, au profit du second né très exactement 14 minutes après. Suivant son instinct, Huan Huan a en effet spontanément choisi le petit le plus robuste qui pesait 21,4 grammes de plus que son jumeau. Placé d'abord en couveuse pendant une vingtaine de minutes afin de nettoyer le cordon, lui faire faire ses premières selles puis le nourrir avec du colostrum (premier lait maternel riche en nutriments), il a ensuite été ramené à sa mère qui n'avait de cesse de le réclamer depuis leur séparation, dans son enclos.

Les vétérinaires ont tout tenté pour soigner le bébé abandonné, le plaçant très vite dans une couveuse, allant même jusqu'à tenter de le réchauffer avec un sèche-cheveu, en vain. "Il était trop petit et trop faible" pour survivre, a indiqué le directeur du zoo Rodolphe Delord qui a précisé que les soigneuses chinoises, venues spécialement de Chine pour l'occasion, l'avaient très vite compris. 

Il faudra désormais attendre un minimum de trois mois pour que l'on puisse apercevoir toute la petite famille - avec la femelle Huan Huan, le mâle Yuan Zi et leur petit - le temps que le nouveau-né soit sevré, qu'il ouvre les yeux et que son corps se couvre de poils. Les visiteurs du zoo devront donc s'armer de patience avant de pouvoir admirer ces pandas géants qui fascinent toujours autant.

Sur le même sujet
Vos réponses pour cet article

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio