Réseau de trafic de drogue démantelé à Marseille : "Ce n'est pas rien, 200kg de cannabis"

Délégué syndical Alliance à l'Office central de lutte contre les stupéfiants, Michael Perret-Bory était l’invité du 18h Sud Radio ce vendredi pour revenir sur le grand coup de filet anti-drogue opéré aujourd’hui à Marseille.

Thumbnail

Ce vendredi 22 juin, la police a démantelé le plus important réseau de trafic de stupéfiants de Marseille, celui de la cité de la Castellane dans les quartiers Nord, avec pas moins de 250 policiers mobilisés pour l’occasion. Délégué syndical Alliance à l'Office central de lutte contre les stupéfiants, Michael Perret-Bory était l’invité du 18h Sud Radio ce vendredi pour revenir sur cette belle réussite des autorités policières.

"Il y a 18 personnes interpellées dans cette affaire, avec un profil de trafiquants de stupéfiants, pour la plupart habitant cette cité bien connue malheureusement des Phocéens pour son trafic. Il y a aussi quatre nourrices, chez qui on a trouvé pas mal de produits stupéfiants lors des perquisitions. Neuf armes ont aussi été saisies, dont deux kalachnikovs, deux pistolets automatiques, deux Skorpion (pistolets-mitrailleurs) et une grenade. Cela montre que les trafiquants ne reculent pas dans l’armement pour défendre leur territoire", assure-t-il.

"Le résultat d’un an d’enquête et de travail conjoint"

Alors que ce trafic générait plus de 40 000 euros de recettes par jour pour les trafiquants, avec près de 1000 ventes quotidiennes, Michael Perret-Bory souligne le travail réalisé pour en arriver à ces arrestations. "C’est une très grosse prise, 200kg de cannabis, ce n’est pas rien et ce sont 200 kilos de moins dans la nature. Mais c’est le résultat d’un an d’enquête et du travail conjoint de différents services, qui a permis de déterminer les rôles de chacun et d’interpeller ces 18 personnes", précise-t-il.

Se pose désormais la question de savoir si ce coup d’arrêt au trafic de drogue dans ce quartier sera pérenne, d’autres démantèlements ayant déjà eu lieu, en vain, dans un passé récent. "Pour gagner la Coupe du monde, il faut jouer tous les matches ! C’est la même chose pour le trafic de stupéfiants : il faut se battre comme jamais et continuer d’aller de l’avant pour essayer de gagner ce combat. Sera-t-il gagné un jour ? En tout cas, il ne faut pas baisser les bras, et l’exemple de la réussite de ce dossier montre bien que le combat est quotidien et ne cessera jamais, mais il faut continuer à se battre", répond Michael Perret-Bory.