Claude Arnaud, maire de Lunel, et Sébastien Léas, prévisionniste à Météo France, étaient les invités du Grand Matin Sud Radio.

Une "grosse galère". Claude Arnaud, maire de Lunel, dans l'Hérault, était l'invité du Grand Matin Sud Radio pour revenir sur la pagaille causée par les chutes de neige dans la région ces deux derniers jours.

S'il explique avoir été "prévenu" des risques d'intempéries, il ajoute que "la surprise a été, à certains endroits et notamment à Lunel, les quantités qui n'étaient pas prévues". "La préfecture nous disait 5 à 6 centimètres et, en réalité, on a eu près de 20 centimètres, situation tout à fait exceptionnelle pour nous, qui a provoqué une grosse galère", a-t-il précisé.

Les problèmes connus par la commune de Lunel ont surtout été causés par la fermeture des axes routiers et autoroutiers : "L'autoroute A9 a été bloquée et les routes parallèles ont été bloquées aussi. Lunel était un goulot d'étranglement. Tous les véhicules venant du Gard ont été dirigés vers l'Hérault et vers Lunel. Et comme Lunel était complètement asphyxié, ça a été une vraie galère pour les gens, avec des milliers de camions. Ce qui est à regretter, c'est le manque d'organisation. Comme beaucoup, je suis habitué à aller dans les stations de ski. Il y a de la neige, ils sont équipés, il n'y a pas de problème. Ici, ça sème carrément la panique. Je crois qu'il y a un problème d'organisation, un manque de cohérence dans les actions et les informations."

"On avait prévu une dizaine de centimètres, exclusivement le mercredi matin, a expliqué Sébastien Léas, prévisionniste à Météo France. On attendait un léger redoux en cours d'après-midi sur l'Hérault, pendant la journée de mercredi et, après, on attendait une nouvelle couche de neige dans la nuit de mercredi à jeudi. On avait bien spécifié qu'on pouvait avoir 10 à 20 centimètres supplémentaires sur l'Hérault et l'ouest du Gard."

Selon lui, Météo France a dont été le plus précis possible, en fonction des outils qui sont les leurs : "On a suivi la situation au fil de l'eau pendant la journée, mais on ne peut pas prévoir à la moindre commune près. On est dans la limite de nos outils et de la technologie aujourd'hui. Mais on avait donné une fourchette significative qui pouvait permettre de prendre des précautions."

Écoutez les interview de Claude Arnaud et Sébastien Léas, invités du Grand Matin Sud Radio, présenté par Patrick Roger et Marlène Duret

 

Vos réponses pour cet article

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio