Levallois-Perret: Florence Parly évoque des "nouvelles rassurantes" des militaires blessés

Florence Parly, ministre des Armées ©BENJAMIN CREMEL - AFP
Florence Parly, ministre des Armées ©BENJAMIN CREMEL - AFP

La ministre des Armées a assuré que les soldats renversés par une voiture à Levallois-Perret ce mardi matin n'étaient pas gravement blessés.

La ministre des Armées, Florence Parly, accompagnée du ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, ont pris la parole à la mi-journée, suite à l'attaque de militaires de l'opération Sentinelle à Levallois-Perret, ce mercredi matin, renversés par une voiture.

Alors que les premières informations faisaient état de 6 blessés, dont trois graves, Florence Parly s'est montrée rassurante, évoquant "des égratignures sur les bras, sur la tête, etc.". Ils sont hospitalisés à l'hôpital d'instruction des armées de Bégin Saint-Mandé, où les deux ministres se sont déplacés pour leur rendre visite.

"Je voudrais condamner cet acte lâche", a dénoncé Florence Parly. "Un acte délibéré", a assuré Gérard Collomb, précisant que la voiture a "accéléré à 5m des militaires pour les percuter". Il a refusé, toutefois, de parler d'acte terroriste pour le moment, même si la section antiterroriste du parquet de Paris s'est saisie du dossier. "Cela fait la sixième fois que des millitaires du dispositif Sentinelle sont pris pour cible depuis le 1er janvier 2015. La menace reste aujourd'hui extrêmement importantes et nos forces de sécurité, nos forces militaires, sont toujours prises pour cibles", a souligné le ministre de l'Intérieur.

À la sortie du Conseil des ministres, le porte-parole du Gouvernement Christophe Castaner a souligné que "tous les moyens sont mis en œuvre pour neutraliser" le ou les auteurs de l'attaque. Le véhicule est également activement recherché, a précisé Gérard Collomb.

 

Vos réponses pour cet article

Vos réactions sur cet article

Cracker
- Mercredi 9 août 2017 à 14:08
Maintenant j'attends impatiemment les mesures que prendra not' bon président jupitérien !

Alors, on fait des vraies mesures efficaces et jamais essayées auparavant ?

A savoir expulser tous les radicalisés et tous les multirécidivistes binationaux après les avoir déchus de la nationalité française,

ou on continue à ne rien faire (ou des centres de déradicalisation, ce qui revient au même) ?

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio