"Ce qui est exceptionnel, ce ne sont pas les températures en elles-mêmes, mais la durée"

Ce début de février entrera dans l'histoire comme le début de février le plus chaud depuis que les mesures ont commencé.

Des records de temp/rature ont été battus en ce début de février 2020 dans le Sud de la France. © AFP

Pour décrypter cette hausse subite des températures, Rémy André, notre spécialiste météo sur Sud Radio, était l'invité de Patrick Roger le 4 février 2020 dans l’émission "C’est à la une" sur Sud Radio, à retrouver du lundi au vendredi à 8h10.

 

"Ce qui est exceptionnel, c’est la durée de ces températures élevées"

"Il faut dire que tout de même, février est le mois le plus froid de l’année. Mais pour avoir des moyennes, il faut qu’il y ait des extrêmes. Par le passé nous avions déjà eu des températures élevées en février, mais c’était fin février, pas début février. En plus, ce qui change tout en ce moment, c’est la durée. Ce qu’on appréhende aujourd’hui, ce n’est pas d’avoir des extrêmes, parce qu’il y en aura toujours. Mais c’est la durée. En février 2019 on avait déjà battu des records.

On se rend compte que depuis une dizaine d’années, chaque année devient la plus chaude, au niveau de la planète tout comme en France. Le mois de janvier, qui vient de se terminer, était à la troisième position des mois de janvier les plus chauds depuis qu’on fait des mesures météorologiques", a déclaré Rémy André.

"La planète ne peut plus absorber le CO2 émis"

"Des chercheurs ont étudié les glaces du Groenland. Il y a 12.000 ans à peu près, l’ère glaciaire s’est arrêtée de façon brusque. Des changements climatiques, notre planète en a vécu. Mais aujourd’hui on a un petit problème : ce n’est que ces 200 dernières années que l’augmentation de CO2 a été très forte. Il y a des activités normales que la planète peut absorber : quand vous respirez, vous dégagez du CO2 par exemple. Mais là on a dépassé la normalité, et la planète ne peut plus absorber le CO2 émis. Nous avons ces phénomènes de changement climatique qui sont, dans une période courte, dus à la fréquentation des êtres humains.

En plus, on n’avait jamais eu de telles concentrations de CO2 sur notre planète liées à la consommation de ce qu’il y a sous terre. Il faut savoir qu’il y a 12.000 ans, le territoire qui est aujourd’hui le Sahara était tout vert. Tout cela a fermenté et a créé du pétrole. La preuve, c’est que du pétrole, maintenant il y en a en dessous", a expliqué Rémy André.

 

Cliquez ici pour écouter "C'est à la une" avec Patrick Roger

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !