Info Sud Radio : pendant que Merah est condamné, Salah Abdeslam sort (enfin) du silence

Alors qu’Abdelkader Merah a été condamné jeudi à 20 ans de réclusion criminelle pour association de malfaiteurs à caractère terroriste, un autre terroriste présumé bien connu, Salah Abdeslam, a enfin décidé de coopérer avec les autorités.

Salah Abdeslam, actuellement en détention provisoire

Abdelkader Merah était accuse d'avoir "sciemment" aidé son frère à préparer les attentats de Montauban et Toulouse. Tout s'est joué devant les magistrats professionnels sur ce mot : "sciemment". Les magistrats jurés ont décidé qu'il ne savait pas que le scooter de son frère allait servir à commettre les attentats. C'est à cause de ce mot qu'il n'a pas été reconnu complice d'actes terroristes et les jurés ont seulement voulu le condamner pour association de malfaiteurs. C'est donc une décision qui coupe la poire en deux. Vingt ans de réclusion criminelle pour association de malfaiteurs, mais acquittement sur la complicité de l'acte terroriste. C'est donc une demi-victoire pour l'avocat de la défense Éric Dupont-Moretti, qui avait demandé un acquittement total de son client Abdelkader Merah.

La question se pose plus que jamais : avec les attentats terroristes motivés par Daesh, les auteurs sont aussi candidats aux suicides. Il sera très rare de les voir comparaître, au risque de connaître des procès aux décisions peu satisfaisantes aux yeux des victimes.

Personnage-clé des attentats de Paris et Saint-Denis en novembre 2015, Salah Abdeslam est accusé d'assassinats terroristes et d'avoir convoyé les véhicules, loué les chambres d'hôtel et porté une ceinture d'explosifs au stade de France, ceinture qu'il n'a pas voulu ou pu déclencher. Il est à Fleury-Mérogis depuis le 27 avril et je peux vous dire, et c'est une information, qu’il est sorti de son silence depuis quelques semaines. Après s'être muré dans le silence pendant des mois, il a décidé de parler. Il se montre extrêmement coopératif avec les enquêteurs qui recueillent beaucoup d'informations et d'éléments de sa part. Les interrogatoires d'Abdeslam se déroulent dans la plus grande confidentialité et nourrissent un dossier crucial pour la compréhension et le déroulé des événements.

Le futur procès d'Abdeslam sera donc de la plus haute importance, car l’un de ces cerveaux sera dans le box des accusés et répondra aux questions. Et parce qu’on comprend qu'il n'était pas, contrairement à d'autres, candidat au suicide. Cette différence fera toute la différence puisque le vrai procès d'un attentat islamiste n'a pas encore eu lieu.