single.php

Des gens apprennent à parler avec… des animaux

Aujourd’hui c’est la Journée mondiale des animaux et il se passe beaucoup de choses concernant les animaux ce week-end notamment sur ce que l’on appelle la communication animale. 

On en parle de plus en plus, ce sont des gens, le plus souvent des femmes, qui instaurent un dialogue avec les animaux et se disent leur interprète. Ce week-end, l’association TAAC, The Animal Alliance Channel, organise à la Maison de la Radio (Paris) le premier évènement du genre en France "Dialogues avec l’animal" avec des conférences, films, tables rondes sur des peuples traditionnels, des chamanes en particulier, ou des personnalités actuelles qui ont une faculté à communiquer avec les animaux ce que l’on appelle la communication inter-espèces, entre toutes les espèces.

Cette communication se passe de toutes sortes de façons et c’est un peu le problème. Il y a des gens qui semblent époustouflants et d’autres qui vous laissent sceptiques. Comme c’est très nouveau, il y a un peu de tout et il va falloir mettre un peu d’ordre dans ce secteur très dynamique mais qui part dans tous les sens. D’où l’intérêt de cet évènement. On y verra par exemple, Frédérique Pichard qui travaille avec les dauphins. Elle a rencontré en 2004 dans le port de Royan, Dony, un dauphin qui a changé sa vie car depuis,, régulièrement, elle l’appelle comme par télépathie. Et ça marche car il vient ! Elle lui donne des rendez-vous à La Rochelle, à Brest ou ailleurs et il est là. Ils passent du temps ensemble à nager, se toucher, dormir... c’est impressionnant. Elle a écrit son histoire dans le livre "Dauphins ambassadeurs" (éd Democratic Book) préfacé par Edgar Morin. Elle a créé l’institut Dony. Vous pouvez voir notamment des films tournés par Arte par exemple sur le site intitutdony.org

Ce sont des expériences qui intéressent beaucoup de gens car on est de plus en plus sensibles à la cause animale. Et justement samedi, il y a une manifestation contre la fourrure à Paris avec des personnalités comme Lolita Lempicka ou Franck Sorbier, qui réclament l’arrêt de la fourrure. Chaque année 70 millions de visons, renards, lapins et autres jolis animaux qui ont le malheur de porter une belle fourrure sont emprisonnés dans des conditions épouvantables dans des fermes à fourrure et tués. Tout ça pour la vanité humaine. De plus en plus d’enseignes et de marques refusent d’ailleurs de vendre de la fourrure et porter un vison devient très ringard. Mais l’industrie de la fourrure est maligne et fourgue sa fourrure sur des cols de manteaux ou dans des porte-clés, on croit que c’est de la fausse et on achète. Il faut se méfier et demander. La fausse fourrure est beaucoup plus éthique et en plus beaucoup moins chère, c‘est au poil !

L'info en continu
16H
15H
14H
13H
12H
Revenir
au direct

À Suivre
/