Salles de sport fermées : "Nous avons été des thérapeutes préventifs"

Michel Corbière, président du groupe Forest Hill et de l’Aquaboulevard, était interviewé dans "le coup de fil du matin" sur Sud Radio le 29 septembre. "Le coup de fil du matin" est diffusé tous les jours à 7h12 dans la matinale animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Les salles de sport sont de nouveau fermées à travers l'Hexagone. Quelles conséquences pour la profession ?

 

Une décision brutale

Des référés ont été déposés contre la décision prise par le gouvernement. Dans la région de Toulouse a été lancé un mouvement « Touche pas à ma salle ». Qu’en pense le président du groupe Forest Hill et de l’Aquaboulevard ? "Je dois dire que l’on a été extrêmement surpris par la brutalité, subie par de nombreuses professions, juge Michel Corbière. Surtout, je crois que la différenciation n’est pas faite entre petites, moyennes et grandes salles, les endroits plus ou moins confinés, alors qu’il y a des écarts considérables."

Des mesures, des protocoles avaient pourtant été mis en place ? "À l’Aquaboulevard, que j’ai créé il y a une trentaine d’années, il y a plus de 30.000 m2 de surface. C’est sûrement le lieu qui a été le plus contrôlé de France, pour voir si toutes les procédures étaient appliquées. Nous avons 19 personnes pour la sécurité, veiller à l’application des gestes barrière, des portiques. Et en réalité, tout cela n’a pas servi à grand chose alors que les résultats étaient particulièrement positifs."

 

Ne pas faire de sport, une erreur

Que pense-t-il des actions en référé qui ont été initiées ? "Je ne suis pas persuadé que cela va aboutir", estime le président du groupe Forest Hill et de l’Aquaboulevard. Pour autant, l’Union sport et cycles, qui regroupe quelque 500 marques de sport et dit représenter près de 10 % du secteur du fitness et entre 60 % et 80 des autres activités pratiquées dans des salles de sport, a déposé des référés devant la justice administrative contre les arrêtés de fermeture.

"Je voudrais dire tout de même que les phénomènes aggravants de la Covid-19, on les connaît. Des questions de surpoids, de tension, de diabète, liées au fait de faire de l’activité physique. Sur le million de gens qu’on a reçu dans l’année, on pourrait se demander combien on a probablement sauvés. Nous avons été des thérapeutes préventifs. Ne pas faire de sport du tout, c’est très mauvais, notamment pour le Covid."

Cliquez ici pour écouter “le coup de fil du matin”

Retrouvez "le coup de fil du matin" du lundi au vendredi à 7h12 sur Sud Radio, dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.
 Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez-ici !