Salles de cinéma : "Le pass sanitaire nous a porté un coup énorme"

Faut-il craindre une série de faillites avec la fin du « quoi qu’il en coûte » alors que le passe-sanitaire est toujours en vigueur ? Jacques Font, exploitant des cinémas Le Castillet et le Méga Castillet, à Perpignan, était interviewé dans "le coup de fil du matin" sur Sud Radio le 31 . "Le coup de fil du matin" est diffusé tous les jours à 7h12 dans la matinale animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Vérification des pass sanitaires devant le cinéma parisien le Grand Rex le 22 juillet 2021 (Alain Jocard - AFP)

"Nous avons perdu 70% de fréquentation"

Des réunions viennent de se tenir avec la ministre de la culture pour le monde du spectacle ou du cinéma. En termes de fréquentation, les spectateurs sont-ils revenus dans les salles ? "Tout se passait très bien jusqu’au 20 juillet, puisque la semaine du 14 au 20 juillet, nous avons connu la meilleure semaine depuis vingt ans. Cela marchait très bien, et le pass sanitaire nous a porté un coup, non pas fatal, mais énorme. Nous avons perdu 70% de fréquentation", constate Jacques Font, exploitant des cinémas Le Castillet et le Méga Castillet, à Perpignan.

"Aujourd’hui, nous en sommes à des semaines où nous perdons entre 45 et 50%. Cela s’es amélioré, mais, on est encore loin du compte. Ceux qui n’avaient pas de pass étaient peu nombreux. Mais il y a une population qui n’est pas vaccinée ou pas en accord avec ce mode de fonctionnement. Nous travaillons sur 60 à 70% de Français. À Perpignan, les fortes chaleurs n’incitent pas non plus les gens à aller au cinéma."

" Ce sont les gros cinémas qui ont le plus perdu"

Comment maintenir et relancer les salles de cinéma ? Les exploitants de salle ont bénéficié d’aides, vont-ils encore en recevoir ? "Nous avons eu des aides importantes du CNC. Depuis le 1er décembre, nous avons reçu des aides de Bercy qui nous ont permis de faire face à la situation. Les cinémas, c’est un investissement privé mais aussi public. Cela aurait été dommage que les 6.000 salles de cinéma aient été fragilisés."

"Ce qui est particulier chez nous, souligne Jacques Font. C'est que nous avons un système mutualisé d’aide à travers la taxe que les spectateurs paient sur les places. D’habitude, c’était pour aider les plus petits. Là, avec la crise actuelle, ce sont les gros cinémas qui ont le plus perdu. Il va fallait que les aides soient proportionnelles. Les petits cinémas seront plus aidés par les collectivités territoriales. On nous a promis 50 millions pour notre perte de chiffre d’affaires. Nous attendons un peu les dernières négociations."

Cliquez ici pour écouter “le coup de fil du matin”

Retrouvez "le coup de fil du matin" du lundi au vendredi à 7h12 sur Sud Radio, dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.
Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez-ici !