éditorial

L'édito de Jean-Baptiste Giraud

A propos...

Après 10 ans à BFMTV, il fonde l’hebdomadaire économique gratuit Economie Matin en 2004. Après l’avoir vendu, il le relance en pure-player en 2012. Il est également l’auteur d’une dizaine d’ouvrages e...
Jean-Baptiste Giraud ©Anthony Ghnassia
Economie

Roux de Bézieux ou Saubot ? Quoi qu’il en soit, le Medef sera de retour ce soir

Pierre Gattaz vit ses dernières heures de président du Medef (©JEAN-FRANCOIS MONIER -  AFP)
Pierre Gattaz vit ses dernières heures de président du Medef ©JEAN-FRANCOIS MONIER - AFP

Jour J au Medef : dans quelques heures, le syndicat patronal aura un nouveau président, avec deux candidats encore en lice : Geoffroy Roux de Bézieux et Alexandre Saubot.

D’un côté, Geoffroy Roux de Bézieux, ancien fusilier marin commando, serial créateur d’entreprises et vice-président du Medef. C’est sa deuxième candidature et on veut croire dans son camp que ce sera la bonne. De l’autre, Alexandre Saubot, polytechnicien, patron d’un groupe industriel familial et soutenu par la puissante Union des Industries et Métiers de la Métallurgie (UIMM).

Après cette élection, le Medef sera enfin de retour dans les grands débats de société, et en particulier les débats économiques dont il était cruellement absent ces derniers mois, tout simplement parce que son président sortant, Pierre Gattaz était en fin de mandat. Il lui était difficile de prendre des positions tranchées qui auraient engagé son successeur, ou l’aurait mis en porte-à-faux.

À midi, la donne sera totalement différente, le Medef aura un président qui va pouvoir parler librement et je peux d’ores et déjà vous dire sur quoi le nouveau patron des patrons va se battre : le prélèvement à la source ! L'un comme l’autre sont formels (ils s’y sont engagés d’ailleurs lors d’un débat) : ils sont opposés au prélèvement à la source qui va considérablement compliquer la vie des entreprises, en particulier des petites... Il y a quelques jours, une étude révélait d’ailleurs que la moitié des TPE-PME n’étaient pas prêtes.

Le deuxième sujet, c’est évidemment la baisse des charges qui pèsent sur les entreprises. Une promesse de campagne d’Emmanuel Macron. Le but est de les rendre plus compétitives pour pouvoir se battre à armes égales à l’international avec les entreprises allemandes, italiennes, anglaises, plus nombreuses et plus agiles sur les marchés étrangers que les nôtres.

Derrière, le Medef va pouvoir, va devoir peser sur d’autres gros chantiers comme par exemple celui, explosif au vu des sommes en jeu, de la réforme des retraites. Bref, dans quelques heures, le Medef sera de retour avec soit un polytechnicien, soit un Fumaco à sa tête. Dans les deux cas, ce ne sera pas pour s’asseoir à une table et prendre le thé pour discuter…

Réécoutez en podcast l’édito de Jean-Baptiste Giraud dans le Grand Matin Sud Radio

 

Les rubriques Sudradio