Plan France 2030 : "Pourquoi attendre huit mois avant les élections pour s’apercevoir que la France a besoin d’un avenir ?"

Le plan France 2030, c’est 30 milliards d'euros injectés dans l’industrie 4.0. Denis Jacquet, entrepreneur, président fondateur de "Parrainer la Croissance", était interviewé dans "Sud Radio vous explique" sur Sud Radio le 13 octobre. "Sud Radio vous explique" est diffusé tous les jours à 7h45 dans la matinale animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Emmanuel Macron lors de la présentation du plan d'investissements "France 2030" à l'Elysée, le 12 octobre 2021
Emmanuel Macron lors de la présentation du plan d'investissements "France 2030" à l'Élysée, le 12 octobre 2021 (Ludovic MARIN - POOL/AFP).

Plan France 2030 d'Emmanuel Macron : "Le destin de la France est celui de l’Europe"

Avec le plan France 2030, 30 milliards d'euros seront injectés dans ce que l’on appelle l’industrie 4.0. Mais la France a-t-elle les moyens de rattraper son retard industriel et technique ? "On peut toujours essayer de se maintenir, estime Denis Jacquet, entrepreneur, président fondateur de "Parrainer la Croissance", association dédiée à la croissance et à l'internationalisation des petites et moyennes entreprises. Mais on peut se poser la question de pourquoi il faut attendre quatre ans de mandat et huit mois avant les élections pour s’apercevoir que la France a besoin d’un avenir. Cela aurait été relativement utile de s’en apercevoir avant."

"En fait, décrypte Denis Jacquet, le destin de la France est celui de l’Europe. Sans sombrer dans le pessimisme, on voit bien qu’il y a un déclin de l’Europe, une montée de l’Asie et un maintien des États-Unis. Le mouvement s’est accéléré depuis le Covid-19. On peut essayer de limiter les dégâts, mais le déclin est inexorable."

Plan France 2030 d'Emmanuel Macron : "Ce n’est pas comme cela que l’on va rattraper le retard"

Pour autant, "cela ne veut pas dire que l’on n’a pas le talent, tempère le président fondateur de "Parrainer la Croissance". Nous avons un certain nombre d’atouts, de grands groupes. Mais 30 milliards sur cinq ans, cela fait 6 milliards par an. Pour vous donner une idée, en 2019, sur la dixième ville de Chine en termes de taille, on a investi 5 milliards par an sur l’intelligence artificielle. On va mettre 6 milliards pour un pays : ce n’est certainement pas comme cela que l’on va rattraper le retard."

Qu’entend-on par le terme "industrie 4.0" ? "On a beaucoup parlé de réindustrialisation de la France pendant le Covid, explique Denis Jacquet. Tout le monde a cru que l’on allait pouvoir ramener les usines de Chine, les fermer et les reconstruire en France. L’industrie 4.0 est essentiellement basée sur le digital, et non sur des outils de production comme ceux du début du siècle. C’est le spatial, la nouvelle chimie, les nouvelles formes de télécoms. Cette nouvelle industrie est censée pouvoir procurer beaucoup de valeur. C’est ce que le Président a cité quand il a fait son show sur l’industrie de demain."

Retrouvez l'émission Sud Radio vous explique dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger