éditorial

L'édito de Jean-Baptiste Giraud

A propos...

Après 10 ans à BFMTV, il fonde l’hebdomadaire économique gratuit Economie Matin en 2004. Après l’avoir vendu, il le relance en pure-player en 2012. Il est également l’auteur d’une dizaine d’ouvrages e...
Jean-Baptiste Giraud ©Anthony Ghnassia
Economie

Les taux des crédits immobiliers repartent à la baisse

Les taux des crédits immobiliers repartent à la baisse

Jean-Baptiste Giraud analyse aujourd'hui la baisse des taux des crédits immobiliers.

 

Voilà une nouvelle qui devrait réjouir ceux qui escomptent faire un achat immobilier dans les prochains mois : les taux des crédits sont repartis à la baisse ces dernières semaines : 1,47 % pour un bon dossier d'emprunt immobilier, sur 20 ans, hors assurance bien entendu. Voici ce que les banques françaises proposent en moyenne à leurs clients en ce moment.

Après quelques mois de frémissements à la hausse - on parle de quelques dixièmes de % - on pensait que les taux continueraient à grimper tranquillement, mais il n'en est rien. Ils retrouvent même leur niveau historiquement bas de l'an dernier à la même époque. Qu'on ne se fasse aucune illusion, emprunter de l'argent à ce taux-là, c'est ni plus ni moins accéder à de l’argent gratuit, car 1,47 %, c'est à peine plus que l'inflation. Les petits malins sont tentés de faire remarquer qu'il faut ajouter le coût de l'assurance, sauf que 'c'est commettre une erreur de calcul car l'assurance que vous souscrivez, lors de l'achat d'un bien immobilier, n'est pas une dépense mais un pari en plus d'être un investissement patrimonial. Pourquoi ? Parce que si l'un des emprunteurs vient à décéder ou à tomber gravement malade au cours de l'emprunt, celui-ci va être pris en charge totalement ou partiellement par l'assurance. Ce ne sont donc pas des sommes versées à fond perdu par les acheteurs d'un bien immobilier', mais, au contraire, une protection contre les coups durs. Une protection qui permet, en cas de coup dur justement, de devenir propriétaire du bien sans payer les mensualités du crédit.

En attendant, il demeure un problème de taille : aujourd'hui en France, il y a deux types de biens immobiliers : ceux qui se trouvent dans des zones ultra-tendues, où les prix atteignent des niveaux infernaux et déraisonnables. Seuls quelques centaines de milliers de privilégiés peuvent se positionner à l'achat sur ces biens, mais en continuant à le faire, ils entretiennent la bulle. Et puis de l’autre coté, il y a ces biens immobiliers situés dans la France périphérique, dans les petites villes, à la campagne. Des biens qui peinent à trouver acquéreur, dont la valeur est parfois nettement inférieure à la valeur d'usage du bien. Inutile de vous dire qu'avant d’acheter, plus que jamais en 2018, il faut bien se poser les bonnes questions à commencer par celle-ci : quelle vie voulez-vous avoir au cours des prochaines années et à quelles conditions ?

>> L'intégralité de la chronique est disponible en podcast

 

Les rubriques Sudradio