Caviste et président du Syndicat des cavistes professionnels, Yves Legrand était l’invité du Grand Matin Sud Radio ce lundi pour évoquer la pénurie de rosé qui pourrait se déclencher pour cet été.

Y aura-t-il suffisamment de rosé en France pour l’été qui arrive, période traditionnellement propice à la consommation de ce type de vin ? Rien n’est moins sûr, puisqu’une pénurie est annoncée pour les prochaines semaines en France. Caviste et président du Syndicat des cavistes professionnels, Yves Legrand explique au micro du Grand Matin Sud Radio les raisons de cette situation.

"Il y a deux raisons. Premièrement parce que la récolte a été globalement déficitaire, y compris pour le rosé. L’autre raison, et elle est réjouissante, c’est que la consommation de rosé a gagné ses lettres de noblesse et correspond maintenant à la consommation de blanc, et ce pour une raison bien précise : nos amis vignerons ont pris conscience que s’ils faisaient moins et meilleur, ce serait bon pour tout le monde. Depuis vingt ans, il y a une vraie révolution dans la conduite de la vigne. Aujourd’hui, on a véritablement de vrais rosés, soit en appellation soit en vin de pays, et le rosé correspond aussi à une couleur réjouissante", assure-t-il.

"Ce qui fait la richesse du rosé, et qui n’existait pas avant, c’est qu’il y a aujourd’hui des rosés de garde, de qualité et de tenue équivalentes au vin blanc et au vin rouge. Pour éclairer le consommateur : avant on faisait du rosé quand il y avait un peu de surproduction ou quand la récolte n’était pas bonne. Aujourd’hui, on fait du rosé pour faire du rosé, ce n’est plus un surplus", ajoute-t-il par ailleurs.

"Pas de panique, il y aura du rosé !"

S’il ne dément pas le risque de pénurie, Yves Legrand se veut malgré tout rassurant. "Il y a toujours un peu de panique… Oui, il y a 10% de rosés en moins, pour 30% de consommateurs en plus ! Mais la gamme de rosé est très large, du rose pâle au rouge cerise. Par ailleurs, amusez-vous à déguster du vin dans un verre noir ou les yeux bandés, et essayez de deviner s’il s’agit d’un blanc, un rosé ou un rouge… Donc pas de panique, il y aura du rosé ! Et surtout, le rosé à la française, depuis qu’il est fait correctement, a multiplié ses exportations par dix", affirme-t-il.

Alors que le consommateur peut s’attendre à une hausse des prix cet été, Yves Legrand en profite pour glisser un ultime petit conseil. "On n’empêchera pas le mercantilisme et la bêtise humaine. Il y aura donc peut-être une augmentation. C’est pour ça que le caviste est un conseil. La gamme de rosé va de 4€ à 30€ ou plus. Charge au consommateur de bien s’informer", indique-t-il.

Réécoutez en podcast toute l’interview d’Yves Legrand dans le Grand Matin Sud Radio

 

Vos réponses pour cet article

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio