éditorial

L'édito de Véronique Jacquier

Véronique Jacquier
Economie

Faut-il supprimer les niches fiscales ?

Haro sur les niches fiscales ! Le ministre des comptes publics Gérald Darmanin propose soit de les plafonner, soit de les mettre sous condition de ressources. 

Une niche fiscale permet de bénéficier d’une diminution d’impôt pour les 47% de français qui paient l’impôt sur le revenu. Elle est plafonnée à 10 000 euros par foyer. Supprimer les niches fiscales est un vieux débat. Pour deux raisons : 457 niches c’est beaucoup trop ! Coût pour l’état : 100 milliards d’euros. 2e raison : certaines ne sont pas jugées utiles et coûtent beaucoup d’argent. Ainsi les crédits d’impôts pour le cinéma explosent. Un jet privé pour transporter une star sur un tournage, ça rentre dans le crédit d’impôt. Deux ou trois scènes tournées en France et hop ça rentre dans le crédit d’impôt cinéma international. Coût de ce crédit : 46 millions d’euros. D’autres niches ne sont pas jugées très rentable comme l’investissement locatif dans les dispositifs Scellier ou Pinel. Mais si vous supprimez ces niches il y aura beaucoup moins d’investissement dans l’immobilier ou dans d’autres secteurs en Outre Mer par exemple. La niche fiscale crée du chiffre d’affaire dans des secteurs très ciblés. Il faut en nettoyer ou en plafonner certaines mais c’est difficile de complètement les supprimer. 

Devrait-on demander un effort aux plus aisées ? 10% des personnes les plus riches en France paient 70% de l’impôt sur le revenu. C’est énorme. Alors leur demander encore plus de contribution…Même en URSS on n’aurait pas osé… Supprimer les niches fiscales c’est une fausse bonne idée. Là encore pour deux raisons : Celle qui coûte le plus, c’est le crédit d’impôt pour l’emploi à domicile. 4 milliards 4… 1 million 600 mille emplois crées. On n’emploie pas quelqu’un pour réduire ses impôts mais pour répondre aux besoins de la vie. Si on supprime cette niche, les cotisations patronales sont tellement importantes que le travail au noir va exploser. Ensuite supprimer les niches c’est augmenter les impôts de la classe moyenne. Celle qui dit stop à la pression fiscale à travers la mobilisation des gilets jaunes. On peut toujours enlever aux journalistes les 7650 euros de crédits d’impôts ou du moins le plafonner. Mais le journalisme est un métier qui connait une grande précarité. Veut-on encore plus paupériser des petits salaires ? La niche fiscale c’est une façon de rendre encore acceptable une imposition qui ne l’est plus. On touche à un symbole si l’on touche aux niches. Il faudrait tout remettre à plat avec une vraie reforme fiscale. 

Les rubriques Sudradio