Serge Bramly : "Léonard de Vinci va changer le statut de l'artiste de l'époque"

Serge Bramly, Céline Alonzo et André Bercoff
Serge Bramly, invité de Céline Alonzo et d'André Bercoff dans "Bercoff dans tous ses états" sur Sud Radio.

À l’occasion du 500ème anniversaire de la mort de Léonard de Vinci, Céline Alonzo et André Bercoff reçoivent le seul biographe français du maître, Serge Bramly, directeur du Clos-Lucé, vendredi 3 mai sur Sud Radio de 12h à 13h, dans l'émission "Bercoff dans tous ses états".

Léonard de Vinci, cet autodidacte qui veut tout vérifier

À l’occasion du 500ème anniversaire de la mort de Léonard de Vinci, Céline Alonzo et André Bercoff reçoivent le seul biographe français du génie florentin, Serge Bramly. Le directeur du Clos-Lucé est l'auteur de Léonard de Vinci (éditions Lattès), un best seller qui vient d'être réédité. Il revient sur l'enfance du maître : "Léonard était fils de notaire, mais fils bâtard de notaire." Ainsi, il raconte que si son père l'a reconnu officiellement, il n'était pas marié à sa mère : "L'année même où Léonard est né, son père s'est remarié avec une bonne bourgeoise." À cette période de la Renaissance, ce n'est pas très grave d'être bâtard, sauf pour une chose : " les carrières universitaires vous sont interdites."

On néglige donc l'éducation de Léonard de Vinci, comme il n'est pas voué à mener de grandes études. Il va donc prendre le contre-pied de tout cela. Et comme une revanche, il décide de tout apprendre par lui-même. Léonard de Vinci ne croit pas ce qu'il lit dans les livres et va donc vouloir tout tester à une époque, pourtant, où l'expérimentation scientifique n'est pas chose courante. Serge Bramly le qualifie d'autodidacte qui veut tout vérifier. Puis, son père va l'inscrire en apprentissage dans un atelier d'artiste, chez Le Verrocchio qui l'inspirera pendant des années. "Léonard va changer le statut de l'artiste de l'époque." Cet atelier va lui convenir car on y fait de tout : décorations, armures, sculpture, peinture... 

Pour Léonard de Vinci, une oeuvre d'art est "une fiction qui doit provoquer de grandes choses"

L'artiste en tant que tel n'est pas reconnu. Tout ce qui est manuel est regroupé dans les arts mineurs. "Léonard va donc rapidement vouloir être ingénieur. D'abord parce que ça l'intéresse et ensuite parce que l'on ne peut pas être sculpteur si l'on n'est pas ingénieur." Le métier est alors bien différent de celui d'aujourd'hui. Et Serge Bramly de l'expliquer via le parcours de l'Italien : "La première fonction dans laquelle Léonard s'illustre vraiment c'est comme conseiller en architecture et en reconstruction. (...) Il est aussi consulté pour des problèmes d'urbanisme, mais aussi d'hydraulique. Lui se prétend architecte militaire, mais avant d'être engagé par César Borgia comme tel, il n'a encore jamais travaillé dans ce domaine-là. L'une des attributions de son métier d'ingénieur qui va le rendre célèbre dans le monde entier c'est la fabrication de machinerie de théâtre pour la mise en scène." Loin alors de Milan...

Et, surprise, Léonard de Vinci est d'abord reconnu en tant que sculpteur. Serge Bramly raconte que selon l'artiste une oeuvre d'art, peinture ou sculpture n'est pas faite ni pour décorer, ni pour faire plaisir, mais doit remuer profondément le spectateur. Il dit : "C'est une fiction qui doit provoquer de grandes choses." Il devient rapidement célèbre grâce à ses nombreux travaux et talents. Il refuse des commandes car très sollicité. "Il peint ce qui lui fait plaisir."

 

Cliquez ici pour écouter l’invité d’André Bercoff dans son intégralité en podcast.

Retrouvez André Bercoff et ses invités du lundi au vendredi sur Sud Radio, à partir de midi. Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !

 

Les rubriques Sudradio