éditorial

L'édito de Yolaine de La Bigne

Yolaine de La Bigne
Culture

N’hésitez surtout pas à faire lire vos enfants

Faire la lecture aux enfants serait une bonne façon de les aider à avoir plus de chance plus tard, c’est sérieux ?

Ce n’est pas grand chose et ça peut rapporter gros ! Ce moment de complicité que nous aimons avec nos enfants, à leur lire à voix haute un conte de fées pour qu’ils s’endorment, on l’a tous fait pour qu’ils soient meilleur en français, pour les cultiver ou les amuser. Selon l'hôpital pour enfants de Cin-cinnati (Etats-Unis) qui a mené des expériences avec examens du cerveau par IRM, cela va beaucoup plus loin : les effets de cette lecture sur le cerveau des enfants sont "fondamentaux", assurent les chercheurs car cela active des zones qui sont utiles pour la compréhension narrative et l'imagerie visuelle donc indispensable pour apprendre à lire mais aussi ressentir des émotions quand on écoute une histoire.

Finalement la science vient confirmer ce que nous savions déjà instinctivement ! Mais maintenant vous pouvez lire et relire les 3 petits cochons à votre petit bout d’amour en sachant que c’est excellent pour son avenir ! Idem pour une autre étude qui vient de sortir pour savoir si on peut apprendre mieux la nuit, un vieux fantasme que nous avons depuis longtemps en caressant le doux rêve de piquer un roupillon tout en apprenant à parler anglais ou russe.

Et ça marche vraiment ! Des scientifiques de l’université de Berne (Suisse), ont pu faire apprendre des mots inconnus et leur traduction à des volontaires pendant leur sommeil lent profond. On savait déjà depuis quelques années que le sommeil est nécessaire pour consolider ce que vous avez appris, d’où l’importance de bien dormir pour les élèves et les étudiants. Quand on dort, le cerveau trie et encode les informations de la journée. Cette expérience récente montre qu’on peut carrément apprendre des choses nouvelles en dormant. Les chercheurs ont réussi à enseigner à des cobayes des paires de mots ayant une relation sémantique entre eux, comme un mot étranger et sa traduction. Une preuve de plus de la complexité de notre cerveau que l’on connaît encore assez mal et des promesses insensées que cela entraîne. Apprendre l’espagnol pendant la sieste, muy bien !

Les rubriques Sudradio