Jacques Semelin : En France, "on n'est pas dans la situation d'Anne Frank"

Jacques Semelin, historien, directeur de recherche émérite à Sciences Po, auteur de "Une énigme française - Pourquoi les trois quarts des Juifs en France n'ont pas été déportés" aux éditions Albin Michel était l’invité de "Bercoff dans tous ses états".

Jacques Semelin, invité d’André Bercoff dans "Bercoff dans tous ses états" sur Sud Radio.

"L’idée du livre est venue de Simone Veil", raconte l’historien Jacques Semelin. "C’était en 2008, j’étais alors complètement engagé dans mes travaux sur les crimes de masse, sur l’holocauste, le Rwanda, etc.. Je viens la voir parce que j’avais l’occasion de la rencontrer de temps en temps. Elle m’a demandé : ‘Pourquoi vous ne travaillez pas sur le fait que les trois quarts des juifs ont survécu en France ? Cela n’a pas beaucoup été travaillé dans l’historiographie’".

"Au bout de quelque temps, je me suis dit qu'elle avait quand même raison, il faut que je m’y mette. Et écrire ce livre m’a pris 10 ans", explique Jacques Semelin. "Je suis très ému d’être invité par Sud Radio", continue l’historien. "La majorité des juifs que j’ai étudié, ou est-ce qu’ils ont été ? Ils ont été dans le sud. Le 11 novembre 1942, lorsque les Allemands sont arrivés, ils ont été dans la zone libre qui est devenue la zone sud figurez vous. Alors c’est un peu imaginaire mais j’ai l’impression aujourd’hui, de pouvoir m’exprimer envers tous ces juifs qui sont partis dans le sud de la France".

 

Jacques Semelin : "Deux tiers des Juifs de France sont en Zone Sud" en 1944

Ces juifs qui sont allés vivre dans le sud de la France "avaient des vie de galère quand même", explique l’auteur de Une énigme française - Pourquoi les trois quarts des Juifs en France n'ont pas été déportés. "Ils s’en sont sortis tant bien que mal. Ils sont au moins entre 143.000 et 150.000, selon les chiffres de Vichy, à être dans cette région-là. Or, j’ai estimé qu’ils sont à peu près 200.000 à être en vie en France en 1944. Donc près des deux tiers des juifs de France sont en zone Sud. Je voudrais leur dire : ‘vous avez eu des vies de galère, vous avez fait face à des réactions antisémites, des préjugés, etc., mais il y a quand même eu de l’entraide".

"Dans le sud de la France, ils ne se cachaient pas tous. Mais, les fameux juifs français, dont M. Zemmour dit qu’ils ont été sauvés par Vichy, mais excusez-moi mais ils ont commencé par avoir des faux papiers. C’est quand même qu’il y avait un problème. Ce n’est pas seulement car ils pouvaient se faire arrêter par les allemands, mais c’est surtout par les gendarmes français, les policiers français", explique Jacques Semelin. "Donc, s’ils font ça les juifs français, c’est qu’ils ne se sentent pas tellement en sécurité".

 

"Ce n'est pas une histoire toute rose"

"J’ai rencontré plusieurs familles de gens qui étaient juristes, et bien eux-mêmes se sont fait faire de faux papiers en 43-44. Il y a parfois des gens qui restent avec leur vraie identité. Il y en a qui se planquent mais pas énormément, on n’est pas dans la situation d’Anne Frank et surtout, il y en a beaucoup à la campagne. Je parle par exemple de la famille de Jérôme Lindon. Quand les allemands arrivent en 1942, à l’époque ils étaient à Aix-en-Provence, ils y sont jusqu’à décembre 42. Sentant que ce n’est pas terrible, ils prennent la décision de partir et ils vont aller dans un coin paumé du Massif Central où ils vont rester jusqu’à la fin de la guerre", raconte Jacques Semelin.

"Une formule qui résume ce phénomène", explique l’historien, "c'est : Année noire, année verte". "Il y a beaucoup de juifs qui vont à la campagne mais bien sûr, il y en a qui restent en ville. Certains, à Marseille qui vont quitter la ville, mais ils vont aller à 50km, dans un patelin quelconque. Il y a 36.000 histoires différentes. J’ai travaillé pendant 10 ans là dessus et j’ai toujours été ému par toutes les histoires. Attention, cela ne veut pas dire qu’ils s’en sortent tous. Il y en a qui ont été pris. Ce n'est pas une histoire toute rose que je raconte", explique Jacques Semelin.

 

Cliquez ici pour écouter l’invité d’André Bercoff dans son intégralité en podcast.

 

Retrouvez “Le face à face” d’André Bercoff chaque jour à12h dans Bercoff dans tous ses états Sud Radio.