Frédéric Mitterrrand : "Johnny Hallyday représentait une permanente jeunesse"

Frédéric MItterrand ©STEPHANE DE SAKUTIN - AFP

L'ancien ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand, était l'invité du Grand Journal de 18h sur Sud Radio.

Que représentait Johnny Hallyday dans le paysage culturel français ?

Frédéric Mitterrand : Il représentait l’histoire de la France, depuis au moins 50 ans. Dans la culture française, il représentait une permanente jeunesse, un permanent dynamisme, une capacité à épouser les mouvements de la société et, en même temps, à leur donner sa couleur propre, ce qui est justement le fait des grands artistes.

Vous avez eu l’occasion, en tant que ministre, de le rencontrer ?

Je l’ai rencontré, comme tous les Français d’abord, en l’écoutant beaucoup et cela depuis mon adolescence. Je dois dire que dès la sortie du lycée, quand j’étais encore bien jeune, c’était déjà très important Johnny Hallyday. Nous échangions les 45 tours avec mes camarades. Il y a eu la nuit de la nation qui était un moment extraordinaire, on a vraiment eu l’impression qu’une nouvelle génération était en train d’apparaître.

Ensuite, tout au long de ma vie, je l’ai écouté. J’ai eu la chance, quand j’ai fait de la télévision, de le côtoyer de plus en plus souvent, à tel point que nous avons même fait 2 ou 3 émissions ensemble. À chaque fois, il s’est montré très coopératif, très gentil, très attentif et très agréable à interviewer.

Ensuite, en tant que ministre, j’ai eu l’occasion de le rencontrer quelques fois, notamment lors d’un dîner, à Los Angeles, avec sa femme, qui est tout à fait charmante. Lors de ce dîner, nous avons échangé beaucoup de souvenirs, de sentiments aussi. C’était vraiment très agréable et très intéressant.

La question qui se pose maintenant est celle d’un hommage national pour Johnny Hallyday. Pour vous, cela aurait-il un sens ?

Les hommages nationaux ont toujours un sens. Je ne suis pas très fanatique de ce genre de cérémonie globale. Je ne sais pas du tout ce qu’il en aurait pensé lui-même. Mais si c’est le souhait de la famille d’aller vers cet hommage national, qui de toute façon lui est déjà rendu quand on voit l’émotion collective immense, le nombre de communications sur les réseaux sociaux, qui atteignent un nombre qu’on n’a jamais connu pour personne, l’hommage national est déjà là.

Écoutez l'interview de Frédéric Mitterrand, invité du Grand Journal de 18h au micro de Benjamin Glaise

 

Vos réponses pour cet article

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio