single.php

La migration des insectes : un spectacle naturel méconnu

Par Rémy André

Le syrphe ceinturé est l'un des insectes les plus courants dans nos jardins. Ce qui le rend particulièrement intéressant, c'est que depuis plus de 70 ans, des ornithologues ont observé sa migration à travers les Pyrénées.

Un syrphe ceinturé

Des insectes migrateurs par milliards

On parle souvent de la migration des oiseaux, mais rarement de celle des insectes. Pourtant, ils migrent par milliards ! Des travaux menés par des chercheurs de l'université d'Exeter (Royaume-Uni) le confirment aujourd'hui. Dans la revue Proceedings of the Royal Society, ils expliquent comment ils ont compté les insectes passant chaque année par le col de Bujaruelo, un passage de seulement 30 mètres de large entre deux sommets des Pyrénées. Ce qu'ils ont observé est étonnant. « Les syrphes ceinturés voyagent du nord de l'Europe jusqu'au sud de l'Espagne, voire plus loin, pour y passer l'hiver. Certains jours, le nombre de ces insectes dans le col dépasse largement les 3 000 individus par mètre et par minute ! Voir autant d'insectes se déplacer délibérément dans la même direction en même temps est véritablement l'une des grandes merveilles de la nature », rapportent-ils.

Un phénomène impressionnant dans les Pyrénées

Les chercheurs ont compté plus de 17 millions d'insectes traversant chaque année le col de Bujaruelo, à la frontière entre la France et l'Espagne. Cela suggère que des milliards d'insectes franchissent les Pyrénées chaque année, faisant de cette région un lieu clé pour de nombreuses espèces migratrices. Pas moins de 90 % de ces insectes sont des mouches. Bien que la migration des libellules et des papillons soit plus connue, ces derniers ne représentent pas plus de 2 % du nombre total d'insectes migrant à travers les Pyrénées pour l'hiver.

Des migrations sophistiquées

De nombreux insectes effectuent des migrations saisonnières les conduisant à parcourir des centaines, voire des milliers de kilomètres vers des sites favorables à la reproduction. Malgré un système nerveux considéré comme rudimentaire, ces insectes semblent capables d'établir l'équivalent d'un plan de vol optimisé et de corriger au moins partiellement la dérive causée par les vents de travers. Les entomologistes estiment désormais que ces comportements de vol sont aussi sophistiqués que ceux des oiseaux migrateurs.

L'impact bénéfique sur la nature

Les chercheurs soulignent que près de 90 % de ces insectes sont des pollinisateurs. En migrant, ils déplacent du matériel génétique sur de grandes distances entre les populations végétales, améliorant ainsi la santé des plantes. Certains insectes sont des espèces nuisibles, mais beaucoup agissent comme contrôleurs antiparasitaires. Notamment, les syrphes, qui peuvent manger les pucerons pendant leur stade larvaire. De plus, de nombreux insectes jouent un rôle dans la décomposition et transportent des nutriments tels que le phosphore et l'azote sur de longues distances, ce qui est crucial pour la santé des sols et la croissance des plantes.

Retrouvez toutes les vidéos de nos éditorialistes dans notre playlist dédiée. Rendez-vous dans le Grand Matin Sud Radio de Patrick Roger pour retrouver Curieux comme Rémy.

L'info en continu
11H
09H
07H
05H
04H
00H
23H
22H
20H
19H
18H
Revenir
au direct

À Suivre
/