single.php

La binationalité, au cœur du discours de Jordan Bardella - L'Édito d'Olivier Dartigolles

Devant une foule de journalistes, Jordan Bardella dévoilait lundi son programme pour les élections législatives. Pendant une heure et demie, éducation, pouvoir d'achat, sécurité, immigration étaient les maîtres-mots, avec un point d'attention tout particulier sur les binationaux, qui ne pourront plus occuper certains postes stratégiques.

Le président du Rassemblement national, Jordan Bardella, prononce un discours pour présenter les priorités du « gouvernement d’unité nationale » au cas où le score du parti lors du vote parlementaire anticipé lui donnerait une chance de nommer un Premier ministre (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)
Le président du Rassemblement national, Jordan Bardella, prononce un discours pour présenter les priorités du « gouvernement d’unité nationale » au cas où le score du parti lors du vote parlementaire anticipé lui donnerait une chance de nommer un Premier ministre (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)

Lors de cette présentation du programme du Rassemblement national, Jordan Bardella a dit qu’il voulait interdire certains emplois aux binationaux. Comme cela a pu lui arriver sur d’autres sujets (par exemple les prix planchers pour les agriculteurs), l’expression du président du Rassemblement national a manqué de clarté. Les journalistes ont insisté pour bien comprendre, derrière une formulation avec du clair-obscur, ce que le candidat RN à Matignon avait précisément à l’esprit. Il s’est un peu mis à découvert en précisant dans un premier temps que cela ne concernerait que des « postes stratégiques », « exclusivement dans le domaine de la Défense et de la sécurité ».

Y a-t-il une clarification de la proposition RN sur cette question ?

Pas vraiment et c’est bien là le problème, comme sur d’autres sujets. Pour apparaître comme le « vote raisonnable », Jordan Bardella, qui se « mélonise », sait que Marine Le Pen a exposé dans un passé très récent - encore au début de cette année - une proposition bien plus radicale dans le cadre de son projet de loi référendaire qui est l’un des piliers essentiels de son projet présidentiel. Que dit ce texte dans son article premier : « La loi pourra interdire l’accès à des emplois dans l’administration, des entreprises publiques, et des personnes morales chargées d’une mission de service public aux personnes qui possèdent la nationalité d’un autre Etat. »

Ici même, lundi matin, au micro de Sud Radio, Jean-Jacques Bourdin a levé le lièvre face à son invité, Louis Alliot. Lui posant la question sur cette interdiction pour des binationaux d’accéder à des emplois publics, le maire RN de Perpignan répond : « non, je ne sais pas où vous avez vu ça… ce n’est pas dans le programme ». Il sera contredit en fin de matinée par Jordan Bardella, et plus encore par la proposition de loi référendaire déposée par Marine Le Pen.

C’est un sujet important alors que notre pays compte près de 3,5 millions de binationaux. Dans la foulée de la conférence de presse de Jordan Bardella, des constitutionnalistes ont clairement rappelé que la binationalité n’existe pas dans le droit français. Un citoyen français l’est de plein exercice. Vous pouvez avoir d’autres nationalités, cela n’est pas un obstacle pour exercer une activité professionnelle dans la fonction publique d’Etat, dans la fonction publique hospitalière ou au sein d’une collectivité publique locale.

Ce n’est pas une petite question car elle pose celle de la citoyenneté. Faire le tri entre Français et binationaux est tout simplement anticonstitutionnel. « Qui est plus français que qui ? » La France répond : nous le sommes tous, à égalité. Alors que la question identitaire est questionnée dans un climat de fièvre, Ernest Renan, lors d’une célèbre conférence à La Sorbonne en 1882, avait répondu : « L’existence d’une nation est un plébiscite de tous les jours ». Voilà le vrai sujet. Vertigineux et décisif pour notre avenir commun.

Retrouvez toutes les vidéos de nos éditorialistes dans notre playlist dédiée. Rendez-vous dans Le Grand Matin Sud Radio de Patrick Roger pour retrouver Olivier Dartigolles mais aussi dans Les Vraies Voix de Cécile de Ménibus et Philippe David.

L'info en continu
23H
22H
21H
20H
19H
18H
17H
16H
15H
Revenir
au direct

À Suivre
/