Ce soir, match Pau / PSG en Coupe de France : "Ici, c’est Pau !"

Éric Saubatte, Adjoint au maire de Pau en charge des sports était interviewé dans "le coup de fil du matin" sur Sud Radio le 29 Janvier. "Le coup de fil du matin" est diffusé tous les jours à 7h12 dans la matinale animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Valery HACHE - AFP/Archives

C’est l’effervescence à Pau pour les huitièmes de finale de la Coupe de France : Pau reçoit l’équipe du PSG. Comment est la ville avant d’accueillir les stars du foot ?

 

Un match évidemment à guichets fermés

"Je résumerai en trois mots : « ici, c’est Pau ! », s’amuse Éric Saubatte, adjoint au maire de Pau en charge des sports. On les attend de pied ferme. C’est magnifique, ce n’est pas tous les jours que l’on reçoit l’une des plus grandes équipes d’Europe." Le stade va être complet, on s’est arraché les billets… "Le club avait pris un serveur de billetterie adapté, souligne l’élu. Il a disjoncté en cinq minutes, avec 35.000 connexions simultanées. Il y a 16.500 places assises, nous aurions pu en vendre 50.000…"

Les kops de Paris et les supporters parisiens seront bien sûr accueillis. Avec un dispositif de sécurité différent ? "Oui, il sera renforcé par rapport à la rencontre avec les Girondins de Bordeaux, surtout pour éviter un envahissement du terrain afin d’assurer la sécurité du terrain et des joueurs."

Une revanche à prendre sur 1998

Il aura fallu un travail d’arrache-pied pour que la pelouse soit praticable, notamment avec des billes de sable pour qu’elles soient bien vertes. "Je tiens à rendre hommage aux services. Pour Bordeaux, l’esthétique n’était pas très jolie. Ces billes sont agréés par la FFF, et la sécurité des joueurs est parfaitement assurée. Le terrain est parfait, pas de risque de trous. Quand les stars du PSG auront perdu ce soir, cela leur fera toujours un prétexte !"

Il faut rappeler que Pau est en National et reçoit le PSG, avec deux divisions d’écart. "On ne peut que penser à Neymar, à Mbappé, souligne l’adjoint au maire de Pau en charge des sports. C’est une telle armada de stars internationales. Cela comblera de joie le public et les enfants présents. A Pau, il n’y a pas de stars, c’est un collectif, une combativité." Y aurait-il une revanche à prendre ? "Oui, j’y étais : le 22 février 1998, Paris bat Pau en prolongations, sur un but hors jeu de Rai !"

Cliquez ici pour écouter “le coup de fil du matin”

Retrouvez "le coup de fil du matin" du lundi au vendredi à 7h12 sur Sud Radio, dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez-ici !