[EXCLU] Mohed Altrad : "Il y a des choses qui se passent et qui ne sont pas très belles"

Accusé avec Bernard Laporte de trafic d’influence, de corruption et d'abus de biens sociaux, Mohed Altrad a réagi en exclusivité sur Sud Radio.

Mohed Altrad

C'est une histoire qui a fait l'effet d'une bombe dans le milieu du rugby. Mohed Altrad, président du club de rugby de Montpellier et président du groupe Altrad est au centre d'une affaire de corruption présumée avec Bernard Laporte, le président de la Fédération Française de Rugby. Le Journal l'Équipe a révélé ce rapport de 76 pages qui accusent l'homme d'affaires.

Mohed Altrad aurait rémunéré Bernard Laporte via un contrat d'image pour 150.000 euros. En échange Bernard Laporte lui serait venu en aide à plusieurs reprises. C'est en sommes les accusation qui pèsent sur les deux hommes. "Tout ce que vous lisez, ce que vous avez lu et ce que vous lierai a déjà été dit dans l'Équipe en 2017 et 2018. Donc il n'y a rien de nouveau hormis un habillage et une mise en page différente", se défend Mohed Altrad sur Sud Radio.

Mohed Altrad : "Tout le monde est ami avec tout le monde mais..."

Le président du MHR explique être la potentielle cible du "petit milieu" du rugby même s'il souligne que ce terme n'est pas péjoratif. Il explique tout de même que, "dans le milieu de rugby, tout le monde est ami avec tout le monde mais que tout n'est pas tout le temps vrai"

Bernard Laporte, embourbé également dans cette affaire, est-il la cible des propos de Mohed Altrad ? J'apprécie Bernard Laporte qui est devenu un ami très proche avec le temps mais ce n'est pas pour autant que je pratiquerais des choses impropres" explique l'homme d'affaires avant de rejeter sur notre antenne "l'idée de corruption mais aussi trafic d'influence".

"Il y a des choses qui se passent et qui ne sont pas très belles"

Un procès aura lieu en septembre. "C'est la première fois que je me retrouve dans cette situation mais je ne crains rien" explique Mohed Altrad qui répète son attachement au monde du rugby et l'affirme : "Je suis le sponsor de l'Équipe de France jusqu'à après la Coupe du monde de 2023".

Un sponsor maillot, dont le contrat signé pour la modique somme de 6,5 millions d'euros, fait l'accusation d'un possible favoritisme. Mohed Altrad élude la question et accuse sans nommer. "Je suis passionné par ce sport. Je connais des gens qui s'embrassent, qui disent "mon cher ami" puis, derrière, il y a des choses qui se passent et qui ne sont pas très belles. Je l'ai vu plein de fois dans le milieu du rugby. Est-ce que c'est noble ? Je n'en suis pas sûr".

À lire aussi :

Flambée des prix de l'essence : "Pas de nouvelle aide pour le moment" annonce Barbara Pompili