Flambée des prix de l'essence : "Pas de nouvelle aide pour le moment" annonce Barbara Pompili

Face à la flambée des prix de l'essence, "il n'y aura pas de nouvelle aide pour le moment" annonce Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique. Elle était l'invitée du “petit déjeuner politique” sur Sud Radio.

essence
Barbara Pompili, interviewée par Patrick Roger sur Sud Radio, le 19 janvier, dans "le petit déjeuner politique".

Envolée des prix de l'essence, vacances de Jean-Michel Blanquer, écologie, envolée des prix à la pompe, gaz, électricité, taxe carbone, écologie : Barbara Pompili a répondu aux questions de Patrick Roger.

Barbara Pompili - Prix de l'essence : "Pas de nouvelles mesures d'urgence pour le moment"

Les prix à la pompe continuent de flamber, affichés jusqu'à 1,70 euro le litre d'essence. Après le chèque inflation de 100 euros, y aura-t-il de nouvelles mesures pour aider le pouvoir d'achat des Français ? "On fera le bilan sur le pouvoir d'achat en général depuis le début du quinquennat, affirme Barbara Pompili. "On a des chiffres qui montrent qu'il a augmenté plus que dans beaucoup de pays européens. Mais on a une crise très forte due aux prix de l'énergie et on a mis en place des moyens pour que nos concitoyens n'en subissent pas trop les conséquences, avec les chèques énergie et inflation". Elle souligne que "les prix de l'énergie ne touchent pas seulement le carburant, on a donc bloqué les prix du gaz et de l'électricité. Toutes ces mesures font qu'on contient l'inflation et qu'on passe cette vague qu'on espère la plus courte possible".

La ministre précise qu'en France, "on a, sur l'essence, une fiscalité du même ordre que toute la fiscalité au niveau européen, on est dans la moyenne européenne. Cette fiscalité permet aussi de financer autre chose. Quand il y a un problème sur le pouvoir d'achat, on met en place des mesures d'urgence ponctuelles, mais notre responsabilité est de nous préparer à la suite. En prenant des mesures structurelles sur les prix de l'énergie et en aidant nos concitoyens à avoir moins besoin d'énergie. Comme par exemple la prime rénov' pour payer moins cher leur chauffage". Barbara Pompili annonce qu'il n'y aura "pas de nouvelles mesures d'urgence pour le moment" pour aider les Français. "On espère que cette crise ne dure pas trop".

"EDF ne vend pas l'électricité à perte !"

Le gouvernement a demandé à EDF d'augmenter le volume d'électricité vendu à bas coût, ce qui constitue un gros manque à gagner pour l'entreprise. "On a demandé à EDF d'augmenter le volume d'électricité qu'ils vendent pas cher à leurs concurrents, qui répercuteront ces prix sur leurs clients, explique Barbara Pompili. On a pris cette mesure pour protéger le pouvoir d'achat des Français, qui vont bénéficier d'une électricité moins chère".

"C'est normal que dans une période de crise, on demande un effort exceptionnel à EDF. C'est de l'argent de centrales nucléaires qui sont amorties. Qui a payé pour la construction de ces centrales ? Les contribuables français, rappelle la ministre. EDF ne vend pas l'électricité à perte !, assure-t-elle. Ils avaient prévu que cette hausse des prix leur rapporte beaucoup d'argent. Ils n'en perdent pas, ils en gagnent moins que ce qu'ils voulaient".

 

 

Retrouvez "L’invité politique" chaque jour à 8h15 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger et Cécile de Ménibus.

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique"