éditorial

L'édito de Yolaine de La Bigne

Yolaine de La Bigne
Société

Vous avez une mémoire de poisson rouge ? Pas de panique : c’est un signe d’intelligence

Avoir une bonne mémoire, c’est une obsession pour nombre d’entre nous. Or des scientifiques affirment que ne pas en avoir est le signe d’intelligence, est-ce bien sérieux ?

 

Cela va faire plaisir à ceux qui passent leur temps à chercher leurs clés : selon les chercheurs Paul Frankland et Blake Ricardson de l’université de Toronto, les têtes en l’air seraient particulièrement malins. Leur explication : ils feraient mieux le tri que les autres ! Selon eux, la mémoire fonctionne comme un disque dur et possède donc une capacité de stockage limité. Ceux qui ont du mal à se souvenir de tout auraient en fait un cerveau qui trie plus rapidement que les autres les informations importantes à garder ou non. Ils se souviendraient des choses fondamentales et n’accorderaient pas d’importance à des détails, genre où vous avez laissé vos clés car de toute façon vous allez les retrouver. Pas très convaincant même si ça fait plaisir aux distraits !

Mais ça ne résout pas leur problème ! Et pas de panique, d’autres scientifiques, de l’Université de Californie du Sud, pourraient avoir trouvé la solution. En mettant des électrodes dans le cerveau de cobaye ils ont réussi à booster leur mémoire d’environ 30 % par rapport à leur score habituel ! Ils étaient 20, tous épileptiques, qui participaient à une expérience pour atténuer la maladie. Ils avaient donc déjà tous subi une implantation d’électrodes dans leur cerveau et du coup ont accepté de faire cette expérience - au point où ils en étaient. Ces implants déclenchaient de minuscules chocs électriques dans les zones de la mémoire de leur cerveau pour pour stimuler son activité et favoriser la sauvegarde des informations. Et les résultats ont été concluants avec 30% d’augmentations de leur mémoire. Selon les scientifiques c’est une petite expérience mais qui ouvre les champs pour modifier les compétences humaines. Bigre ! Car ils ne disent pas s’il faut hurler de joie ou éclater en sanglots.

 

Les rubriques Sudradio