éditorial

L'édito de Christophe Bordet

Christophe Bordet ©Anthony Ghnassia
Société

Tremblez amis automobilistes, le radar "Tourelle" arrive sur les routes !

De nouveaux radars ultra-performants vont êtres installés dès 2018 sur les routes françaises.

Quand on se penche d'un peu plus près sur le projet de loi de Finances 2018, on trouve une "petite surprise" pour les automobilistes... Bruno Le Maire s'est bien gardé d'en faire la publicité, mais le texte prévoit l'installation de nouveaux radars encore plus performants sur les routes françaises, afin d'encaisser un maximum d'argent.

Et oui amis automobilistes ! Plus que jamais, en 2018, vous serez, nous serons, la vache à lait de l'État. Voici venu le "radar tourelle". il s'agit d'un appareil plus haut et plus fin que les radars actuels, et qui voit tout : ceinture non attachée, smartphone au volant, dépassements, vitesse, distance de sécurité, plaques d'immatriculation, passages au feu rouge.. Oui, nous allons être plus que jamais fliqués sous prétexte de sécurité routière renforcée avec un objectif évidemment : remplir les caisses de l'État.

Cet engin, dit "tourelle", pourra repérer vos infractions jusqu'à 200m et sur toutes les voies de circulations. Enfin, il sera déplaçable et d'ici à 2020, 6 000 radars de ce type devraient être déployés sur les routes. Rendez-vous compte !

Pourquoi le gouvernement a investi autant sur ces radars ? Pour plusieurs raisons, d'abord parce que sur certaines infractions comme la ceinture de sécurité ou le smartphone au volant, il fallait jusqu'à présent un gendarme pour verbaliser et désormais, plus la peine, l'image du radar suffira... Ça veut dire économie de policiers et gendarmes sur le bord des routes et redéploiements sur des tâches importantes comme la lutte anti-terroriste.

Ensuite, les radars rapportent tellement à l'État que c'est un bon filon. En 2016, 25 000 000 de flashs ont crépité, rapportant 25% de plus que l'année précédente. Pour 2018, le gouvernement espère 10% de rentrées supplémentaires. Bref, il faut prendre l'argent là où il est ! Macron et Le Maire ne s'y sont pas trompés, de toute façon eux s'en fichent puisqu'ils ont un chauffeur qui lui peut rouler à toute berzingue...

>> L'intégralité de la chronique est disponible en podcast

 

Les rubriques Sudradio