Tests salivaires : sont-ils plus efficaces pour détecter le variant Omicron ?

Les tests salivaires sont-ils efficaces pour détecter le variant Omicron ? Le décryptage dans "Sud Radio vous explique" de Gilles Bonnefond, porte-parole de l’Union syndicale de pharmaciens d’officine.

tests salivaires
Les tests salivaires sont-ils plus efficaces pour détecter le variant Omicron ? (AFP)

Les tests salivaires détecteraient plus précocement le variant Omicron. Faut-il les généraliser ? En effet, une étude prépubliée sur la plateforme scientifique MedRxiv énonce que quand il s’agit de repérer le variant Omicron, la fiabilité du test salivaire serait de 100%, contre 86% avec un prélèvement nasopharyngé classique. Une efficacité qui pourrait changer la donne, notamment quand il s’agit de tester les enfants. Que faut-il en penser ?

Tests salivaires et Omicron : "Ce n’est qu’une pré-étude"

"D’abord, ce n’est qu’une pré-étude. Il y a eu beaucoup d’études sur le Covid-19 et de grosses déceptions, tempère Gilles Bonnefond, pharmacien à Montélimar, porte-parole de l’Union syndicale de pharmaciens d’officine. D’abord, on voit que ce que l’on teste est efficace. On détecte à la fois le variant Omicron et le variant Delta qui n’a pas disparu. Avec des tests antigéniques et PCR. On est à plus de 400.000 tests positifs par jour, 12 millions de personnes testées et c’est une bonne chose."

"Les autotests cartonnent de plus en plus. C’est une facilité pour les écoles. Il faut bien l’utiliser, explique-t-il. Je suis prudent sur les tests salivaires. Les conditions de prélèvement ne sont pas évidentes. Il ne faut pas que la salive soit trop épaisse, sinon cela ne fonctionne pas. Il faut que le délai de conservation soit assez court, pour que le résultat se fasse."

 

Tests salivaires : un délai pour les résultats

Quid de l’efficacité des tests salivaires pour repérer le variant Omicron ? "Il faut être prudent avec ces affirmations, rappelle Gilles Bonnefond. Si vraiment les tests salivaires s’avèrent être quelque chose de plus facile et plus efficace, à ce moment là, il sera mis en place par les pouvoirs publics."

"On a essayé au niveau de l'école, cela na pas bien marché, précise le pharmacien. Ce n’était pas facile à organiser, et le résultat arrivait huit heures plus tard voire le lendemain. Il y a donc un délai pour le résultat. Derrière, il faut faire un PCR, avec un système d’amplification afin de rechercher le virus. Les pharmacies ne sont pas autorisées à faire cela, ce sont les laboratoires."

Retrouvez "Sud Radio vous explique" chaque jour à 7h40 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger et Cécile de Ménibus.

Cliquez ici pour écouter “Sud Radio vous explique”