Serge Rader : "7 milliards de personnes à vacciner, c'est un pactole inimaginable !"

Ancien pharmacien, Serge Rader est auteur de plusieurs études sur les médicaments et de "Vaccins - Oui ou Non ?" (éditions Yalma). Il était l’invité d’André Bercoff, lundi 20 avril sur Sud Radio dans son rendez-vous du 12h-13h, "Bercoff dans tous ses états".

Selon Serge Rader, le vaccin qui pourrait voir le jour pourrait devenir un marché juteux. © AFP

Et si les gagnants de cette épidémie étaient avant tout les grands laboratoires pharmaceutiques ? Mobilisés pour trouver un remède au coronavirus depuis son apparition, le vaccin qui pourrait voir le jour pourrait devenir un marché juteux.

 

Derrière l'OMS, le fantôme de Big Pharma ?

Pour l'ancien pharmacien, nous vivons une pandémie qui arrive "bien à propos". "7 milliards de personnes à vacciner, c'est un pactole inimaginable !", remarque-t-il, tout en déplorant que "l'on fait tout pour vous l'amener sur un plateau". Pour Serge Rader, ces "fausses données" qui s'accumulent créent "cette panique généralisée". Mais d'où vient-elle ? De Big Pharma. Par quel biais ? L'OMS, si on écoute l'ancien pharmacien. "On parle de corruption, des hommes de Big Pharma dans toutes les institutions mais à l'OMS c'est fantastique", raconte-t-il.

Parmi ces agents du lobby pharmaceutique, Serge Rader cite "Neil Ferguson, un conseiller, qui avait déjà été dans le coup de la fausse pandémie H1N1 en 2009", rappelle l'ex-pharmacien. "Il a manipulé les chiffres, prévoyant 500.000 morts en Angleterre", se souvient-il. En France, c'est un autre interlocuteur, "Monsieur Salomon, qui tel un croque-mort, tous les soirs annonce les derniers chiffres catastrophiques". Selon Serge Rader, par ces annonces, "on crée volontairement une panique". 

 

Un taux de mortalité inférieur à 2008

Cette panique n'aurait pas forcément lieu d'être pour l'ancien pharmacien. "Quand j'analyse les chiffres de la mortalité, on en a un peu plus que l'année dernière à la même époque, mais on en a moins qu'en 2008", affirme-t-il. Une peur "amenée dans le mental des gens pour que le moment venu on accepte le vaccin salvateur, alors qu'on a des traitements qui ont déjà montré leur efficacité", estime Serge Rader qui tient pour exemple, "le traitement de monsieur Raoult à Marseille".

Mais selon lui, "un traitement à 5,19 euros la boîte, ça n'intéresse pas Big Pharma" qui "préfère les médicaments qui sont en test, comme le Kaletra à 186 euros ou le Remdesivir", bien plus chers. "Ou mieux, un traitement à 600-700 euros le traitement", ajoute-t-il. Pour l'ancien pharmacien, ce vent de panique n'a pas lieu d'être, "alors qu'on n'est pas foutu de se procurer des masques protecteurs". 

Cliquez ici pour écouter l’invité d’André Bercoff dans son intégralité en podcast.

Retrouvez André Bercoff et ses invités du lundi au vendredi sur Sud Radio, à partir de midi. Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !