Pouvoir d'achat : "Tout augmente, sauf mon salaire en fait"

Composer avec la baisse de pouvoir d’achat, "c’est une affaire de mathématiques".

pouvoir achat courses alimentation
La baisse du pouvoir d’achat complique la vie quotidienne des Français. (Photo by SAUL LOEB / AFP)

Le gouvernement présente en Conseil des ministres les mesures pour le pouvoir d’achat. Une loi dont le budget est annoncé à 25 milliards d’euros et qui prévoit des aides pour l’alimentation ou encore le carburant.

Pouvoir d'achat : "on achète moins de bêtises, de bonbons, de gâteaux"

Quand elle fait ses courses, Tania calcule tout, à l’euro près. Au marché, elle a donc toujours un œil sur les prix, et pour cause : elle ne touche que 1.300 euros par mois, avec trois enfants. "Il faut jongler entre les promotions, regarder au kilo, regarder au litre...". Composer avec la baisse de pouvoir d’achat, "c’est une affaire de mathématiques". Forcément, ça passe par renoncer à certaines choses : "on achète moins de bêtises, de bonbons, de gâteaux".

"On fait discount, primeur, grandes surfaces." Et quand "en grande surface c’est un peu plus cher, on attend le lendemain pour aller chez le primeur".

 

"Il y a tout qui augmente, mais le salaire est toujours le même"

Pour améliorer le pouvoir d’achat, une première aide de 100 euros a été annoncée. Elle concernera à la Rentrée les plus modestes et prendra la forme d’un chèque à dépenses en grande distribution. "Très important, je ne sais pas comment j’aurais fait." "C’est très bien qu’on l’ait." Des réactions plutôt positives, donc, car "il y a tout qui augmente, mais le salaire est toujours le même".

 

Pouvoir d'achat : "Les Français attendent beaucoup plus que quelques centimes sur le gasoil ou sur l’essence"

L’aide pour les carburants, de son côté, devrait être prolongée jusqu’en décembre 2022 mais baissera progressivement. "Je mets le minimum, 30 euros. Sinon, la voiture elle reste à la maison." "Je ne fais pas le plein parce qu’il n’y a pas les sous."

Si certains s’en félicitent, d’autres au contraire paraissent déçus des premières annonces pour le pouvoir d’achat. "Les Français attendent beaucoup plus que quelques centimes sur le gasoil ou sur l’essence."

 

"Le salaire est gelé depuis dix ans, par contre je paye presque 300 euros d’EDF tous les mois"

Sont prévus aussi le blocage du prix du gaz jusqu’en 2023 et plafonnement de la hausse de l’électricité. L’énergie n’est pas oubliée par le gouvernement. "Je suis à zéro tous les mois, effectivement." "Le salaire est gelé depuis dix ans, par contre je paye presque 300 euros d’EDF tous les mois."

"Tout augmente, sauf mon salaire en fait", souligne une passante.

 

Les mesures concernant le pouvoir d’achat seront débattues à l’Assemblée nationale dès le 18 juillet 2022. Mais l’opposition les juge déjà insuffisantes.

 

Aurélie

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !