Pourquoi l'Ardèche a un taux d’incidence record ?

Pourquoi le virus circule-t-il plus dans le département de l'Ardèche qu'ailleurs ? Le décryptage du préfet Thierry Devimeux.

covid ardèche taux d'incidence
Le taux d'incidence bat des records en Ardèche. (AFP / DENIS CHARLET)

Dans le département de l'Ardèche, le taux d'incidence est désormais de 670 pour 100.000. Un record dans l'Hexagone.

"Un taux de vaccination inférieur de 4 points à la moyenne nationale"

En Ardèche, le port du masque redevient obligatoire sur la voie publique comme dans l'espace public. Pour la préfecture, "compte tenu de la gravité de la situation sanitaire locale qui expose directement la vie humaine, il est absolument nécessaire de limiter les risques de transmission du virus, dans les espaces publics à forte concentration de population où les contacts sont prolongés, mais aussi dans les lieux soumis au passe sanitaire afin que la situation puisse être maîtrisée."

"Le virus circule très activement dans notre territoire, détaille Thierry Devimeux, préfet de l’Ardèche. Probablement pour deux raisons. La première est un relâchement un peu commun sur le territoire national sur les gestes barrières. Et une deuxième raison plus profonde, plus structurelle : un taux de vaccination en décalage par rapport à la moyenne nationale. Nous avons un taux de vaccination qui est de 4 points inférieurs à la moyenne nationale, ce qui est important. Cela veut dire qu’en Ardèche, 35.000 à 45.000 personnes n’ont pas entamé leur parcours vaccinal."

"Majoritairement des personnes non vaccinées"

Quelles sont les conséquences de ce taux d’incidence élevé ? "Pour l’instant, nous avons un relatif contrôle du nombre d’hospitalisés et surtout de personnes en réanimation, précise le préfet. Nous avons à peu près 90 personnes hospitalisées, c’est-à-dire beaucoup moins que lors de la vague équivalente, la deuxième vague. En novembre 2020, nous avions un taux d’incidence ayant le même type de progression, mais trois fois plus d’hospitalisations. Nous n’avons que cinq personnes en réanimation, même si c’est déjà trop, alors que nous avons 20 places. Nous ne sommes donc pas en tension. On sait bien qu’il y a un décalage de trois semaines entre un taux d’incidence et les hospitalisations. Je reste très prudent. Nous avons réactivé l’ensemble du dispositif de vaccination pour proposer la dose de rappel aux 150.000 personnes qui en ont besoin."

Qui sont ces personnes hospitalisées et en réanimation ? "Même si c’est délicat de faire des statistiques sur de si petits chiffres, ce sont très majoritairement des personnes non vaccinées", explique Thierry Devimeux, préfet de l’Ardèche. L’Ardèche est un département où il est difficile de se faire vacciner ? "Effectivement, c’est un département rural, grand, montagneux. C’est pour cela que j’avais mis en place un maillage de centres de vaccination plus important que la moyenne. Nous avions aussi mis en place des opérations où les vaccinateurs se déplaçaient en montagne ou à la campagne pour proposer la vaccination."

Thierry Devimeux, préfet de l’Ardèche, était l’invité de Patrick Roger le 2 décembre dans l’émission "C’est à la une" sur Sud Radio, à retrouver du lundi au vendredi à 7h10. 

Cliquez ici pour écouter "C'est à la une" avec Patrick Roger

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !