éditorial

L'édito de Yolaine de La Bigne

Yolaine de La Bigne

Selon un nutritionniste américain, pour manger sain il faut manger sale, c’est bien sérieux ?

C’est une info qui peut vous rester sur l’estomac mais qui semble très sérieuse, relayée par le site ledauphiné.com. Quand on dit "manger sale", la formule est choc et provoc' mais elle est plus raisonnable qu’on ne le pense au premier abord.

L’idée est de renforcer nos défenses immunitaires grâce à un régime macrobien et plus naturel en arrêtant par exemple de "décaper" les fruits et légumes avant de les consommer. C’est ce qu’explique le nutritionniste Josh Axe qui a fondé une clinique de naturopathie et un site sur ce thème. Il  explique sa théorie dans son livre intitulé "Salement bon pour la santé".

Mais en quoi, la saleté peut être bonne pour notre santé ?

Les germes et ce que nous appelons la saleté font partie de notre microbiome, or notre société est devenue de plus en plus hygiéniste et le refuse. Tout notre système  (hygiène obsessive, pasteurisation, antibiotiques...) nous ont fragilisé et nous expose à des maladies chroniques qui explosent aujourd’hui comme les allergies, l'asthme, les intolérances alimentaires.

Josh Axe explique qu’"en voulant vivre dans une bulle hyper-aseptisée et en considérant les germes et la saleté comme des ennemis à détruire ou éviter à tout prix, nous avons tenu à distance certains des plus puissants alliés de notre santé". Notre propreté excessive a endommagé notre système digestif entraînant une inflammation généralisée et une immunité affaiblie qui caractérisent le "syndrome de l'intestin perméable". Or notre intestin abrite environ 100 000 milliards de bactéries qui forment la fameuse "flore intestinale" indispensable à une bonne santé.

Josh Axe propose de ramener un peu de saleté dans notre quotidien, manger des probiotiques, ne pas éplucher les légumes mais juste les rincer pour qu’ils gardent leur microbes bénéfiques, vivre avec un chien ou un chat car il est prouvé que cela renforce les défenses immunitaires, nager dans l’océan pour bénéficier des bonnes bactéries de l’eau salée, marcher pieds nus dans l’herbe ou le sable.

Il donne aussi l’exemple du lave-vaisselle qui stérilise tout grâce à l’eau brûlante. Or, une étude suédoise publiée en 2015 et menée auprès d’enfants de 7 à 8 ans montrent qu’ils souffraient moins d’eczéma et avaient moins d’allergies quand leur parents lavaient leur vaisselle à la main. Bref, des habitudes à reprendre et tout un programme salement nouveau !

 

Les rubriques Sudradio