single.php

PKK: huit hommes interpellés en France dans une enquête pour financement du terrorisme

Huit hommes ont été interpellés mardi en France dans le cadre d'une enquête liée au financement du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), a-t-on appris de source proche du dossier, confirmée par le Parquet national antiterroriste.

Fred TANNEAU - AFP/Archives

Huit hommes ont été interpellés mardi en France dans le cadre d'une enquête liée au financement du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), a-t-on appris de source proche du dossier, confirmée par le Parquet national antiterroriste.

Ces hommes ont été interpellés en Seine-Saint-Denis, en Seine-et-Marne et dans les Bouches-du-Rhône dans le cadre d'une information judiciaire visant le PKK, Parti des travailleurs du Kurdistan, classé groupe "terroriste" par Ankara et ses alliés occidentaux, a précisé le Parquet national antiterroriste (Pnat).

L'enquête vise des faits commis entre 2020 et 2024 et est ouverte pour "participation à une association de malfaiteurs en vue de la préparation d’un acte de terrorisme, financement d'entreprise terroriste, extorsion et tentatives d'extorsion en bande organisée en relation avec une entreprise terroriste".

Les enquêteurs soupçonnent les huit hommes d'être en lien avec la "kampanya", la collecte de l'impôt révolutionnaire auprès de commerçants et de membres de la communauté kurde installés en France, selon une source proche du dossier.

Les arrestations ont été menées par la Sous-direction anti-terroriste (Sdat) et l'OCRGDF (Office central pour la répression de la grande délinquance financière).

Les gardes à vue peuvent durer 96H00.

Lundi, des perquisitions ont aussi eu lieu dans cette affaire en Belgique, dans la région de Denderleeuw, dans les studios de télévision de Sterk TV et Medya News deux chaînes de télévision kurdes émettant à partir de la Belgique, ont annoncé ces deux médias dans un communiqué transmis à l'AFP.

Ces perquisitions visaient "à la demande du pays tiers, à établir d'éventuelles preuves de financement du terrorisme", selon un communiqué du Parquet fédéral belge.

Les flux financiers au coeur de l'enquête ouverte en France "sont dirigés vers la Belgique", a précisé à l'AFP une autre source proche du dossier. "Il n'y a pas eu d'arrestations, juste des auditions" en Belgique, a encore dit cette source.

Le Pnat a confirmé que les investigations menées en Belgique ont eu lieu "dans le cadre d'une demande d’entraide européenne émise par un juge antiterroriste français".

jpa-clw-aco-tll-mad/mat/tes

AFP / Paris (AFP) / © 2024 AFP

L'info en continu
16H
15H
14H
13H
Revenir
au direct

À Suivre
/