single.php

JO-2024: Airbnb s'engage pour prévenir le proxénétisme dans ses hébergements

La plateforme Airbnb a signé vendredi une convention pour lutter contre l'exploitation sexuelle et la traite des êtres humains dans les hébergements qu'elle propose, à l'occasion des Jeux olympiques cet été à Paris et après.

Lionel BONAVENTURE - AFP/Archives

La plateforme Airbnb a signé vendredi une convention pour lutter contre l'exploitation sexuelle et la traite des êtres humains dans les hébergements qu'elle propose, à l'occasion des Jeux olympiques cet été à Paris et après.

Cette convention a été conclue avec la Mission interministérielle pour la protection des femmes contre les violences et la lutte contre la traite des êtres humains (Miprof), qui pilote le plan national 2024-2027 consacré à cette question.

Dans un communiqué, la Miprof rappelle avoir déjà signé fin mars avec le réseau Gîtes de France une convention similaire afin de mieux prévenir les situations d'exploitation, notamment sexuelle, lors des Jeux olympiques (26 juillet-11 août), paralympiques (28 août-8 septembre) et au-delà.

"Bien que les incidents de ce type soient très rares sur la plateforme au regard du volume de réservations opérées, Airbnb s'engage, via cette collaboration de long terme, à soutenir les efforts engagés par le secteur et les pouvoirs publics pour mettre un terme à l'exploitation et à la traite des êtres humains (...), et notamment l'utilisation des hébergements à des fins de proxénétisme", a expliqué le géant américain dans un communiqué transmis à l'AFP.

Airbnb s'est engagé à sensibiliser sa communauté d'hébergeurs et de voyageurs. La plateforme et la Miprof ont ainsi créé le "Guide du voyageur responsable" pour aider les voyageurs à repérer et signaler toute situation d'exploitation dans l'immeuble ou le quartier où ils séjournent.

Une prostituée à Nice, le 5 septembre 2015

Une prostituée à Nice, le 5 septembre 2015

VALERY HACHE - AFP/Archives

La Miprof va également former des équipes d'assistance d'Airbnb, qui s'engage parallèlement à renforcer sa coopération avec la police et la justice.

"Cette convention avec Airbnb est majeure compte tenu de sa position centrale dans l'industrie du tourisme", s'est félicitée la secrétaire générale de la Miprof, Roxana Maracineanu, citée dans le communiqué.

En décembre, dans un entretien à l'AFP, l'ex-ministre des Sports avait évoqué un "risque élevé" de traite d'êtres humains pendant les JO, affirmant la volonté des pouvoirs publics de lancer "un message clair de fermeté" aux réseaux.

"La prostitution ne va pas forcément se passer dans la rue, ou en bas des hôtels vu qu'on a une chaîne hôtelière assez vigilante. Ce qui nous préoccupe, c'est la prostitution logée, à l'intérieur des appartements", avait-elle souligné.

Des logements loués sur des plateformes comme Airbnb se retrouvent en effet régulièrement au cœur d'affaires de proxénétisme, les réseaux criminels préférant ces hébergements discrets pour livrer des femmes à la prostitution.

"Chaque cas avéré sur Airbnb est pris extrêmement au sérieux par la plateforme, qui agit en conséquence. Cette collaboration avec la Miprof en est une nouvelle preuve", a réagi Airbnb auprès de l'AFP.

AFP / Paris (AFP) / © 2024 AFP

L'info en continu
15H
14H
13H
12H
10H
09H
08H
Revenir
au direct

À Suivre
/