Manifestations des lycéens : les "gilets jaunes" dénoncent leur violence

Parcoursup
Des scènes de violence en marge des manifestations de lycéens. AFP

L’appel à la « Revanche lycéenne 2 », relayé ce week-end sur les réseaux sociaux par l’Union nationale des lycéens (UNL), a été entendu. Les lycéens protestent contre la réforme du baccalauréat et contre Parcoursup. Ils disent également soutenir le mouvement des "gilets jaunes". Après de premiers blocages organisés le vendredi 30 novembre 2018 en soutien aux "gilets jaunes", des lycéens se sont de nouveau mobilisés, lundi 3 décembre 2018 : plus d'une centaine de lycées étaient de nouveau totalement ou partiellement bloqués dans plusieurs villes de France. À Bordeaux, la contestation lycéenne s'est heurtée aux forces de l'ordre, ce qui a donné lieu à de violents affrontements. Christophe Bernard de Sud Radio était sur place.

"À la base, on est de jeunes étudiants venus manifester contre Parcoursup, et c'est parti en n'importe quoi"

À Bordeaux, place Stalingrad, des groupes de jeunes ont dressé pendant quatre heures des barricades et s'en sont pris aux forces de l'ordre : jets de pierres contre gaz lacrymogènes et tirs de flash-balls. "À la base, on est de jeunes étudiants venus manifester contre Parcoursup, et c'est parti en n'importe quoi. Les policiers ont commencé à nous pousser et les étudiants ont commencé à s'énerver", explique cette lycéenne en classe de Terminale, au micro de Christophe Bernard de Sud Radio.

Dans la cohue, une jeune fille s'effondre, son visage est ensanglanté, elle vient de recevoir une pierre en pleine tête. Une scène de violence que désapprouve cet administrateur d'un groupe de "gilets jaunes" à Bordeaux qui se trouvait là par hasard : "Ils mettent des poubelles sur les voies des trams, il faut arrêter ! C'est une honte, ça ne sert à rien ce qu'ils font ! Se mettre les forces de l'ordre à dos, aller à l'affrontement, ce n'est pas la solution !".

Vers 13 heures, les lycéens s'étaient dispersés et six d'entre eux ont été interpellés. 

Sur le même sujet
Les rubriques Sudradio