Levothyrox : le PDG de Merck assure que l'ancienne formule disparaîtra en 2018

Thierry Hulot, patron de Merck Pharma France ©FRANCOIS GUILLOT - AFP

Thierry Hulot, patron du laboratoire Merck Pharma France, confirme que l'ancienne version du Levothyrox sera disponible pour les patients pour quelques mois encore, mais prévient que sa disparition dans le courant de l'année 2018 est inévitable.

Comme annoncé ce jeudi matin sur Sud Radio, le laboratoire Merck va à nouveau approvisionner les pharmacies de l'ancienne version du Lévothyrox, dont la nouvelle formule provoquait des effets secondaires indésirables pour de nombreux patients.

Si Thierry Hulot, le patron de Merck Pharma France, a tenu à rappeler la faible part du nombre de patients indisposés par la nouvelle formule, commercialisée depuis plusieurs mois, il a aussi voulu insister sur la volonté du laboratoire "d'accompagner les patients qui, pour quelque raison que ce soit, ne voulaient pas de la nouvelle formulation".

"Nous avons fait cette importation (de l'ancienne formulation, NDLR) début octobre de manière à pouvoir traiter à peu près 100 000 patients qui ont, sur prescription médicale, reçu un traitement qui les couvre pour une centaine de jours, donc à peu près jusqu'à la mi-janvier, a expliqué Thierry Hulot. L'idée de départ de l'Agence du médicament était que trois mois seraient suffisants pour que des alternatives thérapeutiques arrivent sur le marché. Ce qu'on voit, c'est que l'arrivée de formes alternatives prend un peu plus de temps que prévu. On nous a donc demandé de renouveler cet import exceptionnel ces jours-ci de manière à ce que ces 100 000 patients puissent bénéficier d'un renouvellement de leur ordonnance et encore un traitement de trois mois, qui les emmènera donc à peu près jusqu'au printemps."

Si certains ont besoin de plus de temps pour trouver un traitement qui soit stable et pérenne, on leur donnera plus de temps

Une décision prise de concert avec les autorités sanitaires, à l'écouter, même si c'est un peu vite oublier la décision de justice qui a forcé la main du laboratoire qui était jusque-là réfractaire à distribuer l'ancienne formule du médicament en France, même s'il est notamment fabriqué dans l'Hexagone, dans l'Isère plus précisément, à des fins d'exportation. C'est aussi oublier que de nombreux patients se heurtent actuellement, et depuis la décision de justice en novembre, à des problèmes d'approvisionnement dans les pharmacies, problèmes qui ne sont toujours pas réglés.

Mais, prévient Thierry Hulot, ce réapprovisionnement n'est bien qu'une solution transitoire. À terme, il sera bien impossible de se procurer l'ancienne version du médicament. Quand ? C'est toute la question : "Chez Merck, ça fait trente ans que, dans le management de la maladie thyroïdienne, on aide les patients, a-t-il assuré. On aidera plus longtemps si besoin. Si certains ont besoin de plus de temps pour trouver un traitement qui soit stable et pérenne, on leur donnera plus de temps. Mais je veux dire à chacun de ces patients qu'à un moment, ça va s'arrêter. Quand la nouvelle formulation sera enregistrée dans les autres pays européens, on ne pourra plus commercialiser l'ancienne version dans ces pays-là et, par définition, on ne pourra plus la produire ni l'importer en France. Tout ceci devrait se passer dans le courant de l'année 2018."

"L'ancienne formulation ne restera pas à terme sur le marché, a répété Thierry Hulot. C'est une solution à court terme. Au plus tard à la fin 2018, ce sera terminé. Le message que j'ai pour ces patients, c'est de se rapprocher de votre médecin ou de votre endocrinologue et de commencer à trouver une solution alternative."

Propos recueillis par Félix Mathieu pour Sud Radio

Vos réponses pour cet article

Vos réactions sur cet article

Lévodépendante
- Jeudi 14 décembre 2017 à 13:36
Peut-on disposer des chiffres de vente de nouveau lévothyrox Merck en France depuis sa mise en vente en mars 2017 ?
Duchoze
- Jeudi 14 décembre 2017 à 15:56
Quand saura t on la vrai motivation de ce changement de formule ? Qu'on ne nous berne pas avec la "stabilité"... uniquement un probleme de rentabilité ...
Un peu d'honnêteté serait la bienvenue...
Machin
- Jeudi 14 décembre 2017 à 19:51
Moi je l'ai l'alternative. Un nouveau labo et au revoir merck et pour toutes les merdes qui me seront prescrites. En fait NF m'a rendue allergique à Merck. Je vais beaucoup mieux avec sannofi
Cobaye
- Jeudi 14 décembre 2017 à 21:19
Pourquoi alors que nous avions confiance, nous sommes nous retrouvés avec de très lourds effets secondaires . Jamais plus le NL . J'ai retrouvé mon équilibre physique et psychologique avec un générique.
Générique dont on nous faisait peur en disant que le AL n'était pas SUBSTITUABLE pendant des dizaines d'années ..... MONOPOLE FINANCIER
delattre catherine
- Vendredi 15 décembre 2017 à 08:52
Monsieur
je n'ai jamais haï quelqu'un mais VOUS OUI!!!!! je ne vis plus je suis devenue une larve je vais mourir car j'ai tout arrêté mon médecin marche avec vous !!!! alors vos chinois allergiques au lactose !!! vous pourrez dire qu'il m'ont coûté la vie!!!! et je ne suis pas la seule nous sommes des milliers dans mon cas à crier notre désarrois du fond de nos lits!!!!mais vous vous en foutez mieux vaut gagner du fric sur le dos des français COBAYES de Merck!!! je qualifierais ce qui est en train de se passer comme ASSASSINAT COLLECTIF
Anonyme
- Lundi 25 décembre 2017 à 18:00
"Le message que j'ai pour ces patients, c'est de se rapprocher de votre médecin ou de votre endocrinologue et de commencer à trouver une solution alternative."

- traduction : ce n'est pas mon problème si mon nouveau médoc n'est pas au point pour tout le monde !

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio