single.php

La frontière franco-italienne rouvre : "ça peut être à double tranchant" pour les commerces de la Côte

Par Augustin Moriaux

Les restaurants en zone rouge ne sont pas les seuls à rouvrir leurs portes ce lundi. Il y a également les frontières entre la France et ses pays limitrophes, dont l'Italie, durement touchée par le coronavirus. Seulement, les Italiens sont friands des plages de la Riviera et de ses commerces. La réussite économique du déconfinement dépendra grandement de l'appétence de nos voisins transalpins à venir passer leurs vacances sur la Côte d'Azur.

Les forces de l'ordre peuvent retirer les obstacles : la frontière transalpine rouvre ce lundi 15 juin. (Photo Valery HACHE / AFP)

Un reportage de Lionel Maillet à la frontière franco-italienne pour Sud Radio.

 

Nos voisins italiens peuvent à nouveau venir se prélasser sur les plages de la Côte d’Azur, et avant tout : consommer en France. Pour cause, ils représentent à eux seuls un tiers des vacanciers de la Riviera.

Cette réouverture de la frontière ne rimera pas forcément avec la venue massive de touristes italiens. C’est du moins ce que craint le président de l’Umih qui représente les hôteliers et les restaurateurs de la Côte d’Azur, Noël Ajoury. "Est-ce qu'il vont attendre un mois d'été pour voir comment ça va réagir ? Ça peut être à double tranchant", dit-il.

Dans les Alpes-Maritimes, près d’un touriste sur trois vient d’Italie. Isabelle Leroy aurait bien besoin  de ces vacanciers car son restaurant sur la Croisette ne rouvre que cette semaine.

"On va au moins réessayer de travailler car si on reste bloqués juste sur le national, on risque de ne pas finir l'année !", s'inquiète la restauratrice.

 

Les optimistes vantent la gestion sanitaire de la région et les pessimistes craignent une anxiété des Italiens

Collée à la frontière, Menton attend les transalpins avec d’autant plus d’impatience qu’ils représentent une clientèle plutôt aisée. Marc Jasset préside une association de commerçants et "espère que le Covid n'aura pas bloqué cette envie d'acheter parce que pour l'Italien, c'est très prestigieux d'acheter en France".

Du côté de l’office de tourisme de Nice, on se veut aussi rassurant. Pas de crainte sanitaire à avoir non plus tant la crise a - semble-t-il - été bien gérée en PACA, estime Catherine Anouilh, la directrice marketing de l'Office. "On nous a tellement annoncé qu'on allait être un des centres de contagion majeurs en raison de la proximité avec la frontière italienne et ça n'a pas été le cas."

Dans le département, on attend aussi le retour des touristes français. Menton lance aujourd’hui une campagne de promotion nationale.

L'info en continu
21H
20H
19H
17H
16H
15H
13H
12H
09H
08H
21H
20H
Revenir
au direct

À Suivre
/