Interdire l'exploitation des hydrocarbures en France, c'est "un non-sens"

Photo d'illustration ©FRED TANNEAU - AFP
Photo d'illustration ©FRED TANNEAU - AFP

Nicolas Hulot présente ce mercredi un projet de loi visant à interdire l'exploitation des hydrocarbures en France d'ici 2040. Pour Christian Ernandoréna, maire de Parentis, où est installé le siège social du canadien Vermilion, qui représente les trois-quarts de la production de pétrole en France, cette décision est une aberration, tant économique qu'environnementale.

Le ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, présente en Conseil des ministres son projet de loi "mettant fin à la recherche et à l'exploitation des hydrocarbures" en France. L'objectif : amorcer "la sortie progressive et irréversible de la production de pétrole et de gaz sur le territoire français à l'horizon 2040".

La production d'hydro­carbures en France est pourtant modeste : elle ne couvre que 1 % de la consommation de gaz et de pétrole, pour un chiffre d'affaires de 270 millions d'euros en 2015, "représentant environ 1 500 emplois directs", selon l'étude d'impact du projet de loi.

Le canadien Vermilion est de loin le plus actif. Présent depuis vingt ans en France, il produit les trois quarts des 815 000 tonnes de pétrole forées dont 20 000 barils par jours dans les Landes à Parentis-en-Born, où est installé son siège social. Pour le maire de Parentis, Christian Ernandoréna, la fin de l'extraction pétrolière, qui rapporte près de 250 000 euros par an de taxes à sa commune, est "un non sens".

"Si on ne produit plus de pétrole, on va l'importer et ça générera trois fois plus de gaz à effet de serre qu'un baril produit chez nous. S'il venait ici, il verrait qu'on peut conjuguer l'exploitation pétrolière avec les exigences de la protection de l'environnement et la mise en place d'une politique de développement durable qui crée des emplois. J'ai envoyé un courrier au Premier ministre en date du 25 juillet pour l'alerter là-dessus. Je crois qu'on rêve beaucoup quand on croit qu'en 2040, tout le monde roulera en véhicule électrique et qu'on pourra supprimer le pétrole. Je n'y crois pas trop."

Des propos recueillis par Christophe Bernard pour Sud Radio


L'interdiction de l'exploitation des hydrocarbures, c'était le sujet de la chronique "On nous cache tout, on ne nous dit rien" de Christophe Bordet, dans le Grand Matin Sud Radio, ce mercredi.

 

Vos réponses pour cet article

Vos réactions sur cet article

Sébastien
- Mercredi 6 septembre 2017 à 14:04
"Je crois qu'on rêve beaucoup quand on croit qu'en 2040, tout le monde roulera en véhicule électrique et qu'on pourra supprimer le pétrole. Je n'y crois pas trop."... Ah ce que c'est beau l'optimisme Français !! A croire que jamais rien n'est possible en France ! Trop compliqué ! Trop dure ! Trop de changements ! Il est certain qu'avec un tel état d'esprit... Pas de découverte des Amériques, pas d'hommes dans l'espace, pas de premier pas sur la Lune, pas de découvertes scientifiques,... Vive l'immobilisme et protégeons coute que coute les 250000€ de taxes !! On s'en fiche puisque qu'en réalité ce seront nos enfants et petits enfants qui paieront réellement la note !

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio