single.php

Hommage national à Samuel Paty : le recueillement et l’analyse

Jean-Rémi Girard, président du SNALC (syndicat d’enseignants) et professeur de lettres en lycée à Asnières, était interviewé dans "le coup de fil du matin" sur Sud Radio le 21 octobre. "Le coup de fil du matin" est diffusé tous les jours à 7h12 dans la matinale animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Qu’attend Jean-Rémi Girard, président du SNALC (syndicat d’enseignants) et professeur de lettres en lycée à Asnières, de l’hommage rendu à Samuel Paty à La Sorbonne. "On s’attend à ce que l’on rende hommage à la personne. Ce n’est pas quelque chose qui va faire avancer l’enquête."

 

L'école n'est pas un sanctuaire

"Pourtant, quand un enseignant est décapité au 21e siècle en France, on lui rend hommage, estime le représentant syndical. D’autant plus que c’était un professeur très apprécié. Le SNALC avait d’ailleurs demandé à ce qu’un hommage national lui soit rendu."

Certains enseignants sont-ils entre fatalisme et désarroi ? "Oui, et depuis longtemps, estime Jean-Rémi Girard. On est dans une profession en crise. Les collègues sont absolument choqués et horrifiés de ce qui s’est produit. Nous ne sommes pas forcément surpris pour autant. Nous savions que cela pouvait arriver, que l’école n’est pas un sanctuaire protégé de toutes les attaques de l’extérieur."

 

Un islamiste fiché S reçu dans un établissement scolaire

Des enseignants brisent l’omerta dans la presse, et racontent avoir vécu ce genre de confrontations avec les élèves et les parents. Mais il ne disent quasiment rien à la hiérarchie, car elle ne va pas les soutenir. "Il y a deux ans, on l’avait porté lors du hashtag 'pas de vague'. C’est un phénomène de fond. Il y a une méfiance, du doute sur le fait que votre institution va toujours être là derrière nous."

L’enquête est en cours. Mais on sait déjà que la chef d’établissement a prévenu le niveau supérieur et qu’un inspecteur référent sur les questions de laïcité est venu. "C’est tout à fait normal, précise le président du SNALC. Ce que l’on veut savoir, c’est comment on peut recevoir un islamiste fiché S dans un établissement scolaire. À quel moment a-t-on su que c’était lui ? Et ensuite, qu’a-t-on fait pour protéger notre collègue ? Car le passage à l’acte n’était pas une certitude mais une probabilité très forte."

 

Cliquez ici pour écouter “le coup de fil du matin”

Retrouvez "le coup de fil du matin" du lundi au vendredi à 7h12 sur Sud Radio, dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.
Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez-ici !

L'info en continu
13H
12H
11H
09H
08H
21H
20H
19H
17H
Revenir
au direct

À Suivre
/