single.php

Fonctionnaires: faible mobilisation pour réclamer des hausses de salaires

"Du fric, du fric pour la fonction publique !" Les fonctionnaires ont manifesté mardi à travers la France pour tenter d'arracher au gouvernement des hausses de salaires malgré un contexte budgétaire contraint, mais la mobilisation a été relativement peu suivie.

SEBASTIEN BOZON - AFP

"Du fric, du fric pour la fonction publique !" Les fonctionnaires ont manifesté mardi à travers la France pour tenter d'arracher au gouvernement des hausses de salaires malgré un contexte budgétaire contraint, mais la mobilisation a été relativement peu suivie.

"Il n'y aucun investissement dans l'éducation, aucune considération", s'attriste Nathalie Lacuy, professeure d'EPS, qui manifeste à Bordeaux, "Quand j'ai commencé en 1990, on était payé à 2,2 SMIC, maintenant c'est 1,3 !". "On touche la moitié du salaire de nos voisins allemands, je ne pense pas qu'on fasse moins bien notre travail qu'eux", renchérit Frédérique Nykolyszak, enseignante de 56 ans.

Comme elles, fonctionnaires de tous bord manifestent dans des dizaines de villes françaises à l'appel des huit syndicats représentatifs (CGT, FO, CFDT, Unsa, FSU, Solidaires, CFE-CGC, FA-FP), qui réclament de nouvelles augmentations générales, après celles de 3,5% et 1,5% consenties en 2022 et 2023.

"Moins de réformes, plus de considération et plus de rémunération", ou encore "le choc des salaires, pas des savoirs", clament ainsi des pancartes du cortège strasbourgeois.

- "Manif de reprise" -

Malgré une rare unité intersyndicale dans l'appel à la mobilisation adressé aux 5,7 millions d'agents publics, la grève est modérément suivie mardi. Pourtant, son ampleur constitue un enjeu central pour les syndicats, à quatre mois de Jeux olympiques et paralympiques durant lesquels la CGT et FO ont déjà promis de déposer des préavis de grève.

Selon le ministère de la Fonction publique en fin de journée, 6,42% des 2,5 millions d'agents de la fonction publique d'Etat ont fait grève mardi. Ce taux s'élève à 3,87% dans la fonction publique territoriale et à 3,5% dans la fonction publique hospitalière, cette dernière statistique comprenant les grévistes absents et les grévistes assignés.

C'est significativement moins que lors des manifestations contre la réforme des retraites début 2023, où l'on comptabilisait 15% à 30% de grévistes selon les secteurs.

La CGT, qui revendique plus de 100.000 agents ayant manifesté dans "plus de 130" rassemblements, assure mardi soir dans un communiqué que "les taux de grévistes ont atteint, voire dépassé les 30% dans certains secteurs".

Cette mobilisation "est la première manif, la manif de reprise, avant la suite", tempère Mélanie Babin, étudiante de 21 ans présente dans le cortège rennais, où la police a décompté 1.800 participants et les organisateurs, 2.800.

Des leaders syndicaux marchent derrière une banderole "L'éducation en danger" lors d'un rassemblement à l'appel des syndicats de l'enseignement français, à Paris le 1er février 2024

Dimitar DILKOFF - AFP/Archives

Dans l'Education nationale, un des principaux employeurs d'agents publics, 6,77% des enseignants étaient en grève dans le premier degré (maternelle et élémentaire) et 10,65% dans le second degré (collèges et lycées), selon le ministère.

Outre une hausse des salaires, les manifestants s'alarment aussi du manque croissant de moyens, que ce soit dans l'enseignement ou l'hôpital public. Dans le cortège bordelais, Rose, animatrice en gérontologie à l'hôpital de Sainte-Foy-la-Grande, raconte "l'auto-remplacement sur les jours de repos" et sa crainte de "participer à la maltraitance" faute d'effectifs, avec des patients qui "passent quatre semaines sans douche".

- "Problèmes de budget" -

Le ministre de la Fonction publique, Stanislas Guerini, quitte l'Elysée après la réunion hebdomadaire du cabinet, le 6 mars 2024

Le ministre de la Fonction publique, Stanislas Guerini, quitte l'Elysée après la réunion hebdomadaire du cabinet, le 6 mars 2024

STEPHANE DE SAKUTIN - AFP/Archives

Mais à l'heure où le gouvernement promet 10 milliards d'euros d'économies budgétaires en 2024 et le double en 2025, le ministre de la Fonction publique, Stanislas Guerini, refuse de ressortir le chéquier.

Ce fidèle du chef de l'Etat, Emmanuel Macron, met en avant les près de 14 milliards d'euros dépensés depuis 2022 pour soutenir le pouvoir d'achat des fonctionnaires et propose d'instaurer des négociations salariales annuelles dans la fonction publique, à l'image de ce qui se pratique dans les entreprises.

"On ne nie pas qu'il y a un problème de budget, mais on peut augmenter les recettes", estime Benoît Teste, secrétaire général de la FSU, qui suggère au gouvernement d'aller piocher dans les "200 milliards d'euros d'aides aux entreprises sans contreparties".

Quand bien même des négociations salariales annuelles se tiendraient, elles n'aboutiraient à des hausses de salaires qu'en 2025, ce qui ferait de 2024 une "année blanche", s'inquiètent à l'unisson les huit syndicats représentatifs.

"Il faut que le gouvernement ouvre de vraies négociations et nous tienne un langage de vérité", résume Stanislas Gaudon, président de la fédération des services publics CFE-CGC. "On nous dit qu'il faut faire de l'attractivité avec un grand A, et on ne nous donne pas d'élément d'attractivité", regrette-t-il.

 

Par Damien GAUDISSART, avec les bureaux régionaux de l'AFP / Paris (AFP) / © 2024 AFP

L'info en continu
08H
07H
04H
03H
23H
21H
20H
18H
17H
Revenir
au direct

À Suivre
/