single.php

Hand: Nikola Karabatic, l'adieu à l'Europe

Eliminé jeudi avec le Paris SG en quarts de finale par le FC Barcelone, la légende du hand Nikola Karabatic a tiré un trait, en Catalogne où il a évolué deux saisons, sur une immense carrière européenne riche de 21 campagnes de Ligue des champions et de trois titres.

Josep LAGO - AFP

Eliminé jeudi avec le Paris SG en quarts de finale par le FC Barcelone, la légende du hand Nikola Karabatic a tiré un trait, en Catalogne où il a évolué deux saisons, sur une immense carrière européenne riche de 21 campagnes de Ligue des champions et de trois titres.

Avant le match retour, perdu (32-31) par les Parisiens comme l'aller (30-22), il a été honoré par le Barça, où il a passé deux saisons (2013-2015): acclamé par le public du Palau Blaugrana, il s'est vu remettre un livre sur l'histoire du club et un trophée représentant son écusson des mains de Dika Mem, actuel capitaine catalan et son équipier chez les Bleus.

Visiblement ému par l'hommage rendu, il a remercié le public, qui l'a de nouveau chaleureusement applaudi lors de la présentation des équipes.

"Cet hommage m'a beaucoup touché", a déclaré Karabatic, qui essaie cependant "de ne pas ressentir de nostalgie, plutôt du bonheur d'avoir pu avoir une si belle carrière, dans tant de clubs et d'avoir gagné la Ligue des champions avec Barcelone (2015)."

Juste avant de rejoindre le PSG à qui il ne sera pas parvenu à apporter, en neuf saisons, sa première couronne continentale.

"Il n'y a aucun regret, que du bonheur. J'ai réalisé tous mes rêves de gosse et même beaucoup plus, plusieurs fois. Jamais je n'aurais pensé vivre toutes les émotions vécues et gagner tous ces titres" a affirmé Karabatic, battu d'un point en finale en 2017 contre le Vardar Skopje (24-23).

"Je savais qu'en venant à Paris il y avait tout à construire, que c'était un club neuf qui courait après la Ligue des champions, avec énormément d'ambitions. Rome ne s'est pas faite en un jour et des clubs courent après la Ligue des champions depuis 30 ou 40 ans" a-t-il ajouté.

Le centre du Paris SG Nikola Karabatic (à gauche) contre le pivot portugais du FC Barcelone Luis Frade lors du quart de finale retour de la Ligue des champions de handball le 2 mai 2024 à Barcelone

Le centre du Paris SG Nikola Karabatic (à gauche) contre le pivot portugais du FC Barcelone Luis Frade lors du quart de finale retour de la Ligue des champions de handball le 2 mai 2024 à Barcelone

Josep LAGO - AFP

Cantonné au banc des remplaçants pendant la seconde période à l'aller, il est cette fois revenu en jeu après la mi-temps, mais utilisé uniquement en défense après avoir inscrit deux buts lors du premier acte (sur deux tentatives).

- Le championnat avant les Jeux -

Le Français Nikola Karabatic prend une photo avec des supporteurs du FC Barcelone qui a éliminé son club du Paris SG en quart de finale retour de la Ligue des champions de handball, le 2 mai 2024 à Barcelone

Le Français Nikola Karabatic prend une photo avec des supporteurs du FC Barcelone qui a éliminé son club du Paris SG en quart de finale retour de la Ligue des champions de handball, le 2 mai 2024 à Barcelone

Josep LAGO - AFP

Karabatic quitte l'Europe 21 ans après sa première campagne de C1, couronnée d'emblée par un titre, avec Montpellier à l'issue d'une finale mémorable contre les Espagnols de Pampelune, où évoluait l'ancien capitaine des Bleus Jackson Richardson.

Ecrasés à l'aller en Navarre (27-19), les Héraultais sont maintenus à flot par Karabatic: à 19 ans, l'arrière gauche inscrit 11 buts, empêchant son équipe de rentrer en France avec une valise plus lourde.

Dans un palais de Sports René-Bougnol incandescent, elle balayera Pampelune au retour (31-19) et Karabatic gagnera ses lettres de noblesses européennes.

Il continuera de les écrire avec le club allemand de Kiel (2005-2009), qu'il conduira à son premier sacre en Ligue des champions, en 2007, en enlevant en finale contre Flensburg-Handewitt (28-28, 29-27) le derby du Schleswig-Holstein (nord).

A défaut de remporter une quatrième C1, Karabatic vise désormais un 16e titre de champion de France avec le PSG, leader du championnat avec trois points d'avance sur Nantes à quatre journées de la fin.

Avant, sauf blessure, de se tourner vers les Jeux olympiques de Paris, où il tentera avec les Bleus de décrocher un quatrième titre olympique, pour dépasser au palmarès Luc Abalo et Michaël Guigou, dernier défi d'une immense carrière.

Par Nicolas KIENAST / Barcelone (AFP) / © 2024 AFP

L'info en continu
10H
09H
08H
07H
05H
23H
Revenir
au direct

À Suivre
/