Qui est Florence Guillaume, la sixième et plus jeune Générale de Gendarmerie ?

La Générale Florence Guillaume n'est que la sixième femme, et la plus jeune, à être nommée à ce grade au sein de la Gendarmerie.

gendarme
Florence Guillaume est seulement la sixième femme à être devenue Générale au sein de la Gendarmerie. (Sameer Al-DOUMY / AFP)

Florence Guillaume est seulement la sixième femme à être devenue Générale au sein de la Gendarmerie. A-t-elle le sentiment d’être une pionnière ?

"Devenir Générale, c’est tout un parcours"

"C’est étrange, car je me rends compte maintenant que je suis une pionnière, explique la nouvelle Générale de Gendarmerie. Je suis rentrée en 1994 à Saint-Cyr, et le décret autorisant les femmes à être officier ou sous-officier en gendarmerie remonte en 1983. Avec le temps, je me rends compte que ce n’était encore que le début." Y a-t-il eu une grande évolution de la place faite aux femmes dans le milieu militaire ? "Très sincèrement, j’ai vraiment vu l’évolution en 28 ans. Depuis une dizaine d’années, je vois aussi ce que la gendarmerie fait pour les femmes."

"Devenir Générale, c’est tout un parcours, explique-t-elle. Il faut accéder à certains postes. Depuis dix à quinze ans, la gendarmerie fait attention, dès les grades de capitaine et de commandant, à vous faire monter en compétences pour pouvoir devenir Générale." Comment les femmes étaient-elles perçues il y a vingt ans de cela à Coëtquidan ? "C’était encore vraiment un monde d’hommes, pas forcément le nôtre. En termes de formation, ce n’était pas forcément simple pour une femme. Cela dit, j’ai des souvenirs assez extraordinaires de Saint-Cyr. C’est une formation exceptionnelle qui me sert encore aujourd’hui."

"Faire évoluer la légitimité dans le regard des autres"

Faut-il mettre sa féminité de côté pour s’imposer ? "Il faut être comme on a envie d’être. Il y a 20 ou 30 ans, on ne pensait pas en termes de genre. Vous deviez faire le job, montrer que vous étiez là pour faire la même chose. Nous étions concentrés sur une question de compétence, un schéma très professionnel. On n’allait pas mettre sa féminité en avant. Très rapidement, quand on est en situation de commandement, on va s’imposer, assez naturellement, par ce que l’on fait. J’ai la chance de pratiquer un métier très concret."

"C’est plus facile aujourd’hui de se libérer plus rapidement, estime la Générale Florence Guillaume. Au tout départ, j’ai intégré des règles d’un monde d’hommes. C’est au fur à mesure que l’on se dit 'ma légitimité est pleine et entière, je peux faire autrement'. Je me suis toujours sentie légitime. Mais il y a aussi la légitimité que l’on vous renvoie, un regard qui vous dit le contraire. On essaie au fur et à mesure de faire évoluer la légitimité dans le regard des autres."

 


 

Retrouvez "Sud Radio vous explique" chaque jour à 7h40 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger et Laurence Garcia.

Cliquez ici pour écouter “Sud Radio vous explique”

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !