single.php

Faut-il "stopper Amazon avant qu’il ne soit trop tard" ?

Fabien Roussel, secrétaire national du Parti communiste français et député du Nord était l’invité de Patrick Roger le 17 novembre dans l’émission "C’est à la une" sur Sud Radio, à retrouver du lundi au vendredi à 8h10.

Faut-il « stopper Amazon avant qu’il ne soit trop tard" ?

Pas moins de 120 élus et responsables associatifs demandent la création d’une taxe exceptionnelle sur les ventes d’Amazon. Une action qui vise également l’opération Black Friday.

Pas de justice fiscale

Est-ce vraiment faisable ? Selon la ministre Agnès Pannier-Runacher, ce n’est pas envisageable. "Non seulement ce devrait l’être, mais ce devrait être obligatoire, juge au contraire Fabien Roussel, secrétaire national du Parti communiste français et député du Nord. Cela fait partie de ces grandes multinationales du numérique qui paient entre 5 et 8% d’impôts contre 28% pour les grandes entreprises françaises."

"C’est une concurrence déloyale. Nous demandons la justice fiscale : Amazon doit payer des impôts, estime le député. Payer des impôts ici, c’est bon pour les caisses de l’État, et cela mettrait cette entreprise au niveau des entreprises françaises."

 

Seulement taxer les plus grandes entreprises

Cette démarche a-t-elle des chances d’aboutir ? "Si on s’y met tous… Amazon représente 20% du commerce en ligne. Ce n’est pas normal que l’on n’ait pas encore trouvé le moyen législatif de faire payer Amazon comme toutes les entreprises. C’est une entreprise numérique, elle a besoin d’être définie juridiquement comme les entreprises qui produisent. Elle profite d’un vide juridique sur la définition d’un commerce en ligne."

"Nous avons proposé de définir Amazon comme une entreprise stable dans la Loi de finances. À ce moment-là, elle pourra payer des impôts comme tout le monde. Ce sont des milliards d’euros qui manquent dans les caisses de l’État. C'est donc urgentissime qu’elle paie un impôt comme tout le monde." Quid des autres sites de e-commerce, de Cdiscount à Alibaba ? "Nous avons proposé de taxer les entreprises au chiffre d’affaires de plus de 750 millions d’euros, pas de taxer les petits entreprises françaises du e-commerce. Nous avons aussi proposé que cette taxe coronavirus soit exceptionnelle et ne soit appliquée qu’en 2021."

Cliquez ici pour écouter "C'est à la une" avec Patrick Roger

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !

L'info en continu
20H
19H
18H
17H
16H
15H
14H
13H
12H
Revenir
au direct

À Suivre
/