Faut-il interdire la corrida ? "J'adore le taureau pourtant mon métier consiste à le tuer"

La proposition de loi sur l'interdiction de la corrida doit-être débattue ce jeudi. Pour les toreros, il n'est pas question de toucher à cette coutume. On leur a donné la parole.

corrida
Des ministres soutiennent-ils la corrida ?

Reportage de Mathilde Jullien

 

Emmanuel Macron l'a affirmé ce mercredi : "il n'y aura pas d'interdiction" de la corrida. Des mots lâchés alors qu'un débat démocratique doit avoir lieu à l'Assemblée Nationale. Le président français prône "une conciliation, un échange" à ce sujet.

La proposition de loi pour abolir la corrida portée par le député Nupes Aymeric Caron doit donc être débattue en séance à l'Assemblée. Si le texte a peu de chance d'être adopté, les pro-corrida n'en sont pas moins inquiets pour l'avenir de leur passion.

"Certains n'aiment pas la corrida et je le comprends mais je n'aimerais pas qu'on me l'interdise"

Au pied des Arènes, la statue de Nimeno II fait rêver Esteban. Il espère marcher un jour dans les pas du grand torero et s'entraîne deux fois par semaine avec les afficianados practicos. "Ma première corrida, je l'ai vécu à 5 ans. J'adore le taureau pourtant mon métier consiste à le tuer. C'est quelque chose qui me touche émotionnellement. Après, c'est une question personnelle. Certains n'aiment pas ça et je le comprends mais je n'aimerais pas qu'on me l'interdise".

"C'est l'art et le combat qui se mêlent"

Miltiad s'est passionné de tauromachie à Toulouse. Il est venu Nîmes pour pratiquer. "Je ne sais pas s'il y a une autre discipline qui soit comme ça : un mélange entre un combat et un art. Il y a la volonté de tuer le taureau qui contraste avec l'envie du matador de créer de la beauté avec toujours un amour du taureau qui est très grand. C'est l'art et le combat qui se mêlent"

"Un jour, ils s'attaqueront à la course camarguaise et ensuite, ils supprimeront tout"

Au-delà de la corrida, la course camarguaise est une tradition dont toute une économie locale dépend. La proposition de loi veut les protéger, mais Pablo craint de la voir disparaître. "Je suis confiant sur le vote à l'Assemblée. Je ne pense pas qu'elle (la proposition de loi, Ndlr) passera. Mais un jour, ils s'attaqueront à la course camarguaise et ensuite, ils supprimeront tout".

La proposition de loi pour l'abolition de la corrida sera débattue à l'assemblée nationale ce jeud après-midi, avec 567 amendements à examiner, les débats pourraient finir tard.

Reportage de Mathilde Jullien