single.php

En France, les "procédures bâillons" dans le viseur des féministes

"Cela doit cesser": en France, associations et militantes féministes appellent à légiférer contre les "procédures bâillons" dans les cas d'accusations de violences sexuelles, pointant notamment la double peine morale et financière pour les victimes.

JULIEN DE ROSA - AFP/Archives

"Cela doit cesser": en France, associations et militantes féministes appellent à légiférer contre les "procédures bâillons" dans les cas d'accusations de violences sexuelles, pointant notamment la double peine morale et financière pour les victimes.

De quoi s'agit-il?

Théorisée dans les années 1970 aux Etats-Unis, la notion de "procédures bâillons", connues sous l'acronyme anglais "Slapp" pour "Strategic lawsuits against public participation", s'applique aux procédures judiciaires intentées contre des journalistes, des associations ou des militants.

"Sans fondement réel, ces procédures visent principalement à intimider et limiter la liberté d'expression en impliquant les défendeurs dans un contentieux long et coûteux", indique le Sénat dans une étude publiée en janvier 2023.

A l'origine, ces procédures concernent essentiellement des organisations de défense de l'environnement attaquées par des entreprises pour diffamation ou dénigrement, avant de s'élargir à d'autres enjeux et d'autres acteurs.

Après la vague Metoo, le terme réapparaît dans le discours de militantes féministes. En France, il ressurgit lors de l'affaire "PPDA", du nom de l'ex-présentateur du journal télévisé. Patrick Poivre d'Arvor, qui conteste les nombreuses accusations de violences sexuelles portées contre lui, a déposé plainte pour dénonciation calomnieuse contre une dizaine de plaignantes.

"Il y a toujours la volonté pour le présumé agresseur de se poser en victime et de faire oublier qui est la véritable victime. Un comportement très classique", relève Amy Bah, du collectif féministe Noustoutes. Avec "une volonté de casser le mouvement #Metoo, faire taire les femmes, les féministes, les victimes elles-mêmes".

Que demandent les féministes?

Les associations et les victimes de ces procédures jugent "urgent d'adopter des mesures législatives pour rendre ces procédures difficiles, voire impossibles", afin de "protéger les femmes victimes de violences sexuelles, les féministes qui les soutiennent" et "tous les lanceurs et lanceuses d'alerte qui ont besoin d'une protection renforcée", estime un collectif dans une récente tribune dans Libération.

"On ne peut pas demander aux femmes de +libérer leur parole+ et en même temps les attaquer en justice quand elles osent dénoncer des violences", souligne la Fédération nationale des centres d'information sur les droits des femmes et des familles (CIDFF).

"Les procédures bâillons sont une charge mentale et une charge financière pour les féministes", ajoute Amy Bah.

Qu'en disent les professionnels du droit?

Pour la secrétaire générale du Syndicat de la magistrature, Nelly Bertrand, il y a "une vraie nécessité de lutter" contre ces procédures: "car même si elles aboutissent in fine à une relaxe, elles peuvent avoir de vraies conséquences pour celles et ceux qui la subissent, du fait du caractère infamant de comparaitre devant le tribunal correctionnel et des frais engagés pour la défense".

Toutefois, "l'accès au juge doit être garanti" à tous, ajoute-t-elle.

Une magistrate spécialisée en droit de la presse se montre elle encore plus prudente, estimant que les plaintes déposées dans le cadre de #Metoo, si elles sont clairement en augmentation, ne se caractérisent pas nécessairement par le terme de "procédure bâillon", qui a une dimension "systématique", "massive", "d'épuisement de l'adversaire".

Pour autant, il faudrait faciliter au pénal l'indemnisation des frais de la défense, pour une personne poursuivie pour diffamation et relaxée, soulignent les deux professionnelles.

Aussi problématiques soient-elles, les procédures bâillons permettent "aux victimes et aux femmes qui dénoncent de s'exprimer et de pouvoir susciter un débat de fond", relève l'avocat spécialisé en droit de la presse Christophe Bigot, citant l'affaire Baupin, accusé d'agressions et harcèlement sexuels.

Les faits ont été prescrits et l'affaire classée sans suite, mais le procès en diffamation en 2019 que l'ancien député de Paris avait intenté s'était retourné contre lui, sous l'avalanche de témoignages. Et avait débouché sur sa condamnation pour procédure abusive.

Et à l'étranger ?

Les législations encadrant les plaintes abusives pour diffamation existent. Aux Etats-Unis, des législations dites "anti-Slapp" sont en vigueur dans une trentaine d'Etats et permettent de rejeter sur demande ce qui apparaitrait comme étant une "procédure bâillon". D'autres législations existent en Australie ou au Canada.

Au sein de l'Union européenne, une directive destinée à protéger journalistes et défenseurs des droits contre les "poursuites bâillons" a été approuvée fin février, un texte qui concerne les poursuites en matière civile et ayant un caractère transfrontalier.

Par Marine PENNETIER / Paris (AFP) / © 2024 AFP

L'info en continu
12H
11H
09H
08H
07H
00H
23H
20H
Revenir
au direct

À Suivre
/