single.php

David-Olivier Reverdy : "les politiques instrumentalisent la police"

Les syndicats de policiers sont en colère après que Christophe Castaner, le ministre de l'Intérieur, a promis de sanctionner tout policier pour lequel il y aura des "suspicions avérées" de racisme.

Alliance est le premier syndicat au sein de la Police nationale. © AFP

David-Olivier Reverdy était l'invité de Patrick Roger le 12 juin 2020 dans l’émission "C’est à la une" sur Sud Radio, à retrouver du lundi au vendredi à 8h10.

 

"Ça ne passe plus avec Christophe Castaner"

"Les propos que Christophe Castaner a tenus hier sont des propos complètement inadaptés. C’est très loin de calmer la colère des policiers. Aujourd’hui, le désamour est là, le divorce est consommé. Et il est vrai que quand on est premier flic de France, quand on représente 550.000 policiers, on se doit d’avoir des propos à l’inverse de ceux qu’il a pu tenir.

Ça ne passe plus avec Christophe Castaner, mais ça ne passe plus non plus avec le Premier ministre et le président de la République. Notre ministre a eu des propos malheureux. Je pense qu’il s’en est rendu compte. Mais aujourd’hui, le silence de Matignon et de l’Élysée est assourdissant", a déclaré David-Olivier Reverdy.

"Christophe Castaner essaie de contenter une partie de l’électorat"

"Il y a quelques mois, on était là pour sauver l’Arc de Triomphe, on empêchait les extrémistes haineux de fouler le symbole de l’Élysée, le premier symbole de notre pays. Comment expliquer qu’on a été portés aux nues après les attentats ? Et aujourd’hui, on est lynchés. Pourquoi ? Pour des haineux de la République que, de toute façon, rien ne contentera, parce qu’ils ne veulent plus de la République, ils ne veulent plus de nos institutions. Le message qui a été lancé il y a 48 heures est ahurissant. Aujourd’hui, il y a des gens qui nous insultent copieusement.

Ce qui m’a le plus choqué, ce sont les paroles sur des suspicions avérées. Mais tout ça pour quoi ? Pour répondre à une demande et essayer de contenter une certaine partie de la société ? Pourquoi s’essuyer les pieds sur les policiers et les gendarmes ? S’il y a des actions hors du cadre légal, la police est parfaitement à même de sanctionner, elle fait le ménage, l’IGPN est là pour ça.

Il y a des patrons policiers, et puis il y a des patrons politiques. Aujourd’hui, on a l’impression que les politiques instrumentalisent la police, se servent de nous à des fins purement politiciennes par rapport à des élections futures. Apparemment, il faut contenter une partie de l’électorat, qui a été lâchée depuis plusieurs mois", a estimé David-Olivier Reverdy.

 

Cliquez ici pour écouter "C'est à la une" avec Patrick Roger

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !

L'info en continu
13H
12H
11H
10H
09H
08H
07H
Revenir
au direct

À Suivre
/