single.php

Constatations et auditions dans l'enquête sur l'accident sur le chantier du métro de Toulouse

Au lendemain de l'effondrement d'une partie d'un viaduc en construction sur le chantier de la troisième ligne du métro de Toulouse, qui a fait un mort et trois blessés, l'enquête se poursuit mardi par des constatations d'experts et de premières auditions, a indiqué le parquet.

Lionel BONAVENTURE - AFP

Au lendemain de l'effondrement d'une partie d'un viaduc en construction sur le chantier de la troisième ligne du métro de Toulouse, qui a fait un mort et trois blessés, l'enquête se poursuit mardi par des constatations d'experts et de premières auditions, a indiqué le parquet.

"Les auditions de toutes les personnes présentes (sur les lieux lors du drame) sont en cours par le service d'enquête saisi, sous la qualification d'homicide et blessures involontaires dans le cadre du travail", a précisé à l'AFP le procureur de Toulouse, Samuel Vuelta-Simon.

Une partie de l'ouvrage en chantier a cédé, emporté par la rupture d'un élément de soutènement lundi en fin d'après-midi à Labège, en proche banlieue toulousaine, avait-il indiqué lundi soir.

Quatre personnes se trouvaient alors sur le viaduc et ont dû sauter d'une hauteur de près de dix mètres. L'une a succombé à ses blessures et deux étaient lundi soir dans un état grave.

L'état des deux blessés graves est "rassurant" mardi à la mi-journée, a confié sur place lors d'une déclaration à la presse Gilles Dolfi, directeur général Bouygues Travaux Publics Régions France, mandaté pour les travaux.

La quatrième victime a pu quitter l'hôpital dès lundi soir.

Le maire de Labège, Laurent Chérubin, a raconté à l'AFP qu'il "y a eu un affaissement du tablier alors que des ouvriers travaillaient dessus. Certains ont dû sauter". "En tant qu'élu, on attend des réponses. Pourquoi cet accident est survenu? J'ai besoin de clarté sur ce qui s'est passé, sur les raisons de l'accident", a-t-il insisté.

Interrogé sur les potentielles raisons du sinistre, le représentant de Bouygues a renvoyé vers les futures conclusions des enquêtes judiciaire et interne en cours.

"Notre priorité, c'est de collaborer avec les autorités pour tirer au clair ce qui a conduit à ce tragique accident", a assuré M. Dolfi.

Le procureur Samuel Vuelta-Simon a précisé que "l'enquête a pour objet de déterminer les causes de l'accident du travail et l'existence éventuelle de manquements à une obligation de sécurité ou de prudence".

Mardi, le chantier restait suspendu, a constaté un journaliste de l'AFP. Il est encore trop tôt pour évaluer le retard éventuel, a précisé M. Dolfi.

Depuis la rue longeant le site, il est possible d'apercevoir des gendarmes à proximité du tablier de béton du viaduc reposant au sol sur un enchevêtrement de poutrelles métalliques tordues.

Les débris de l'ouvrage, sécurisés par Bouygues après autorisation des enquêteurs "pour assurer la stabilité" selon Gilles Dolfi, se trouvent à une centaine de mètres de l'un des plus importants supermarchés de l'agglomération toulousaine.

AFP / Labège (France) (AFP) / © 2024 AFP

L'info en continu
12H
11H
09H
08H
07H
00H
23H
Revenir
au direct

À Suivre
/