Bistrots de Paris au patrimoine de l'Unesco : "C'est dans le quotidien des Parisiens"

Les cafés et bistrots de Paris bientôt au patrimoine mondial de l'Unesco ? (©MATTHIEU ALEXANDRE - AFP)

Reportage Sud Radio. Alors qu’un dossier sur la reconnaissance des bistrots et cafés parisiens au patrimoine mondial de l’Unesco vient d’être déposé au ministère de la Culture, les professionnels se frottent déjà les mains à cette idée.

Et si les bistrots et terrasses parisiennes étaient inscrits au patrimoine mondial de l'Unesco ? Une association de professionnels de la restauration a déposé en tout cas ce lundi un dossier au ministère de la Culture pour faire figurer les célèbres cafés parisiens au patrimoine culturel immatériel de l'humanité. Paris compte plus de 2000 bistrots emblématiques de l'art de vivre à la française, comme Les Deux Magots, au cœur du quartier de Saint-Germain-des-Prés dans le 6ème arrondissement.

"Moi je viens travailler ici, pas de jugement. Ce qui est intéressant, c’est qu’il y a pas mal de cafés où à midi ils vous virent parce qu’il y a le service. Ici, vous pouvez être à la table n°1 et prendre un café, ils s’en foutent… Chacun se pose, c’est cet esprit-là qu’on aime bien ici", apprécie Hervé, un habitué qui vient régulièrement travailler dans cet établissement existant depuis 1884. De l’autre côté du comptoir, Monique tient la caisse depuis plusieurs années. Une mémoire vivante qui souligne notamment l’effervescence artistique qui anime Les Deux Magots. "On a eu Gérard Depardieu qui est venu pour dédicacer son livre, on a son champagne à la carte. On a eu Belmondo, qui est très bien ici depuis des années, qui fréquente l’établissement, beaucoup d’artistes qui viennent...", se rappelle-t-elle.

"Un creuset à la fois social et culturel incontournable"

Une inscription au patrimoine immatériel de l’Unesco serait en tout cas une consécration pour Jacques Vergnaud, directeur du café. "Pour nous, c’est toujours plus de visibilité, et c’est toujours bien d’entériner quelque chose d’important. Le bistrot parisien est dans le quotidien des résidents, des Parisiens mais aussi des touristes. C’est une sorte de lieu privilégié pour les rencontres, et il est vrai que ce serait une reconnaissance, ce serait le Graal !", se réjouit-il.

Pour Jean-Pierre Chedal, vice-président de l'association à l'origine de la demande d'inscription, la reconnaissance de l'Unesco permettrait de préserver un symbole de la culture française. "On considère que les bistrots et terrasses de Paris constituent un creuset à la fois social et culturel incontournable, qui s’inscrit dans l’histoire de la capitale. Ça remettrait bien en ligne ce qu’est la culture de nos métiers, ça perpétuerait une proximité et une convivialité. Il faut préserver cet aspect de l’espace culturellement populaire, dans le bon sens du terme", affirme-t-il.

Un reportage de Valentine Rault

Sur le même sujet
Vos réponses pour cet article

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio