Avec le froid, les maraudes encore plus importantes pour les sans-abris

Des bénévoles de la Croix-Rouge viennent en aide aux sans-abris ©Quentin Vaslin - Sud Radio

L'arrivée tardive des températures hivernales rend la situation des sans-abris encore plus difficile, et les maraudes des associations encore plus nécessaires.

Maxime et son équipe, bénévoles à la Croix-Rouge, commencent leur ronde, sur le secteur de Créteil. Leur objectif ? Être un point de repère pour les sans-abris.

"On leur apporte de quoi manger, mais ce qu'ils cherchent le plus, c'est de discuter avec nous, confie-t-il. Ça leur fait du bien. Certains nous considèrent comme de la famille."

C'est ce qu'on observe d'ailleurs entre Patrick, l'un des bénévoles, et Aurélie, rencontrée dans le parking d'un centre commercial de Créteil. Après les retrouvailles, place au repas dans le camion de la Croix-Rouge, avec Clotilde aux manettes : "Je suis en train de préparer une soupe. On a des bols en plastique, des petits sachets de soupe et de l'eau chaude, et on les donne aux personnes. Après, on va faire pareil pour ceux qui souhaitent avoir des cafés."

Les bénévoles peuvent aussi être utiles pour la santé, comme l'explique Hervé, un autre sans-abri : "Ils sont très gentils, ils m'accompagnent. C'est eux qui m'ont fait hospitaliser deux fois et ils sont venus me voir à l'hôpital."

L’intervention se termine par une distribution de duvets. Les sans-abris ont le droit d’en avoir un par mois et, avec la baisse soudaine des températures en ce début de mois de février, ils deviennent primordiaux pour survivre dehors, comme le confie Maxime : "Les températures ont vraiment baissé, c’est assez compliqué. Il peut y avoir des chocs thermiques, des personnes qui sont en hypothermie. On va être vigilants, essayer de les réchauffer au maximum, avec soit des couvertures de survie, des duvets qu’on peut avoir, des cafés, de la soupe ou, s’il y a de la place, des centres d’hébergement."

Un reportage de Quentin Vaslin pour Sud Radio

Vos réponses pour cet article

Vos réactions sur cet article

bastien
- Mardi 6 février 2018 à 16:31
pour des travaux en extérieur, le risque est accru par une exposition au vent (refroidissement éolien) et à l’humidité : penser à la protection des travailleurs contre le froid ! : http://www.officiel-prevention.com/protections-individuelles/le-corps/detail_dossier_CHSCT.php?rub=91&ssrub=100&dossid=143

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio