Co-fondateur de Digital Baby Boomer, Yves Bozzi était l’invité du Grand Matin Sud Radio ce jeudi pour évoquer le rapport des seniors avec les nouvelles technologies.

Les seniors allergiques aux nouvelles technologies, un cliché aujourd’hui dépassé ? À l’heure où ordinateurs, tablettes et smartphones prennent de plus en plus de place dans nos vies, la tendance ne semble pas épargner les plus âgés, qui ont pourtant généralement fait la majeure partie de leur vie sans cette technologie. Co-fondateur de Digital Baby Boomer, Yves Bozzi était l’invité du Grand Matin Sud Radio ce jeudi pour évoquer cette tendance.

"Nous avons mené une enquête sur plus de 1000 répondants, et on constate tout d’abord un gros taux d’équipements (70% des seniors ont un smartphone ou un ordinateur), et surtout 80% d’entre eux estiment qu’Internet contribue à améliorer leur quotidien. On s’aperçoit aussi que 55% d’entre eux font plus d’un achat en ligne par mois, c’est également un chiffre auquel on ne s’attendait pas", assure-t-il, tout en soulignant malgré tout que 17% des seniors se sentent dépassés par les nouvelles technologies. "Il y a quelque chose à faire pour ces 17%. C’est aussi aux marques d’expliquer, d’évangéliser, de rassurer", préconise-t-il.

Pour Yves Bozzi, les marques souhaitant atteindre les seniors sur Internet auraient tout intérêt à miser sur le côté rassurant de leur produit. "Le dernier rempart, c’est le côté fraude. De plus en plus de sites de rencontres vont se focaliser sur les seniors. Ici, le but n’est pas de parler du prix : une promo "trois mois offerts", ils n’en ont rien à faire. En revanche, ils veulent être sûrs que les profils sont validés et vérifiables et que le compte est sécurisé", explique-t-il.

Retrouvez en podcast toute l’interview d’Yves Bozzi dans le Grand Matin Sud Radio

 

Sur le même sujet
Vos réponses pour cet article

Vos réactions sur cet article

Yves Morel
- Mardi 5 décembre 2017 à 01:40
Coup de gueule !
On nous parle des seniors qui sont hyper connectés mais en fait on parle des seniors de plus de 50 ans. Mais en même temps dans la même interview on parle des seniors grands parents et des seniors en maison de retraite.
Il serait temps d'arrêter de dire n'importe quoi sur le sujet. On ne se comporte pas entre 50 et 60 ans comme on se comporte entre 80 et 90 ans.
Mettre dans la catégorie seniors des gens aussi différents, c'est comme parler des africains, des riches, des étrangers : des généralisations abusives, inutiles et dangereuses.

Alors voilà : il existe une fracture numérique autour de 70 / 75 ans, que certains acteurs sérieux, dont Bazile, société que j'ai fondée en 2005, tentent de réduire.

Il existe des populations nombreuses, au delà de 75 ans, qui ignorent ou galèrent avec un smartphone qui devient pourtant de plus en plus nécessaire dans la société, pour rester connecté aux autres.

Evidemment, entre 50 et 60 ans, le taux d'équipement en smartphone est très élevé, tout comme entre 50 et 60 ans, la pratique du sport ou la consommation de voyages est très élevée.

Arrêtons avec les simplifications outrancières, qui n'aident pas à comprendre la réalité des difficultés des "vrais" seniors.

Yves Morel
Président
Bazile

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio