Élisabeth Lévy : Si Macron est élu, il l’aura été de manière déloyale"

Les appels à faire barrage à Marine Le Pen se multiplient, au-delà des clivages partisans.

Les appels à faire barrage à Marine Le Pen se multiplient, au-delà des clivages partisans.

Il y a des raisons parfaitement légitimes de s’opposer à l’élection de Marine Le Pen et il y a des méthodes honorables pour la combattre.  Mais là, nous n'avons ni les unes ni les autres, mais une campagne de démonologie parsemée de mensonges et de procès d’intention. Tout ce que la France compte de beaux esprits et d’éditorialistes à grande âme rivalise pour trouver l’argument le plus absurde et le plus infâmant. 

Après les sportifs, il y a eu cette tribune grave des 500 intermittents les mieux payés de France, comme le dit malicieusement d’Aaron Fontvieille-Buchwald, directeur numérique de Marianne. BHL, oubliant sa propre opposition à la folie sanitaire, brocarde les ignares antivax qui entourent Marine Le Pen, d’autres dénoncent, avec Macron, le Frexit caché. 

Le chantre du respect et de la bienveillance Emmanuel Macron ne la désigne jamais par son nom (des fois que ça le rendrait malade) mais comme la candidate d’extrême droite. Je cite aussi Gabriel Attal : "Pour elle, les crimes russes en Ukraine sont un point de détail de l’histoire". C'est une façon de la renvoyer au père qu’elle a pourtant viré de son parti. Aussi, Darmanin explique que son élection entraînerait la mort des pauvres, l’inénarrable Alice Coffin affirme qu’elle signifierait très concrètement la mise à mort des militantes féministes. Au sens littéral. 

Les électeurs sont assez grands pour se faire leur idée…

C'est vrai mais c'est difficile de résister à cette pression morale. Qui voudrait donner sa voix à une candidate homophobe, raciste et antisémite. Sinon des esprits étriqués adeptes du repli pour soi ? 

Tout cela témoigne d’une grande indifférence ou d’un profond mépris pour les électeurs de Marine Le Pen. Personne ne cherche à leur répondre. La France élitaire donne des leçons de maintien à la France populaire.

Significativement, Emmanuel Macron a fait des appels du pied aux Mélenchoniste, aux écologistes, aux islamo-gauchistes mais n' pas fait un mot pour rassurer la France qui roule au diésel et fume des clopes. Rien sur les questions régalienne et sécuritaires qui inquiètent les Français.

C'est de mauvais augure pour Macron II. S’il est élu, il l’aura été en surfant sur ce maccarthysme nourri par ces âneries. C’est-à-dire à la déloyale. Et cela la France oubliée ne l’oubliera pas.